Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Les News

Double-sprint de Zoug

Pour la première course du circuit junior, tout le monde est présent au départ, puisque Zoug est qualificatif pour les Championnats d'Europe de triathlon. En arrivant sur place, on nous annonce que le lac est à 18°C. La natation a été raccourcie pour les Youthleague, mais sera normale pour nous. On hésite encore à mettre la combi. Finalement, pratiquement tous les juniors la mettent (à l'inverse des pros).

La natation se passe plutôt bien malgré quelques trajectoires pas toujours optimale et un peloton est assez vite formé à vélo. Ça roule fort sur le début (sous l'impulsion de Valentin et quelques autres) et on rattrape le groupe de tête. Je suis resté quasiment dernier du groupe tout du long et me suis senti presque essoufflé par moments, mais tout va bien jusque là. Les choses vont en fait se gâter à partir de la course à pied. J'ai des points, notamment dans le dos, et une peine incroyable à respirer. Je perds par conséquent un temps incroyable sur ces deux kilomètres et replonge dans l'eau loin derrière les autres. La deuxième natation me permet de reprendre mon souffle, mais le retour n'était peu être pas non plus optimal car j'avais de la buée dans les lunettes (j'ai dû les enlever à la fin). Les temps confirme effectivement mon mauvais résultat sur cette partie : 3 minutes de perdues sur les premiers sur 2km à pied et 300m de natation (soit environ 12 minutes), sachant que j'en perds 5 sur toute la course (53 minutes pour moi). Je fais donc le deuxième vélo tout seul tout comme la dernière course, qui se passe un peu mieux cette fois-ci.

Au final, je suis 13e sur 16 finisher, très déçu de ma première course à pied. Jean-Claude est quant à lui 9e. A noter également la belle 3e place de Valentin, qui a bien su profiter de la possibilité de tirer fort à vélo pour revenir sur le premier groupe.

Prochain triathlon au circuit : Morat, la semaine prochaine.

Daniel



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée

Entraînements du weekend

Natation en lac

Vendredi Pierre-André nous propose une sortie lac pour le lendemain. Le samedi matin, il change d'avis et programme un entraînement en piscine le matin et un plouf au lac le soir juste pour tester. Ayant déjà nagé en piscine le jour précédent, je ne suis pas très motivé par y retourner. Suite à une bonne argumentation sur l'excellente température que le lac devait avoir et sur l'approche de Zoug, il accepte de nager au lac en début d'après-midi et de garder l'option piscine "au cas où".

Un peu avant 15h nous partons donc pour Préverenges. Il y a beaucoup de mondes pour les grillades et la bronzettre au bord de la plage, mais aussi quelques baigneurs en maillots de bain. On enfile nos combis et tous à l'eau ! Il s'avère que mon argumentation du matin n'était pas si exagérée que ce que je pensais et la température est tout à fait agréable. On peut donc faire nos aller-retour sans problème et on finit par arriver assez rapidement à 3km. A la sortie de l'eau, on fait l'essai d'enlever la combi rapidement. J'ai de la peine à trouver comment décrocher le sommet, mais le bas a glissé dehors comme si de rien n'était.

Contre-la-montre

Aujourd'hui,  nous nous essayons à quelque chose que nous faisons plutôt rarement à vélo : le contre-la-montre individuel. On avait effectivement l'habitude d'aller rouler avec les adultes et faire des tours plus longs ou alors de partir les deux ensemble en rythme endurance (voire bonne endurance parfois, mais jamais en sprint). J'avais également l'impression de ne pas être habitué à faire des distances tout seul tout en tirant comme il faut (ce qui nous attend justement en junior !). C'est donc décidé : on va faire du fractionné !

On se trouve une petite boucle entre Lonay et Bremblens et en vérifiant sur internet, elle doit faire plus ou moins 6km. Je propose de faire les 5 premiers kilomètres en rapide et le dernier (petite route de liaison) en repos et de faire trois fois le tour. Jean-Claude part devant et je suis à 30" pour ne pas drafter... Enfin j'essaie de suivre, car il roule fort dès le premier. Je finit quelques secondes derrière (on mettra ça sur le problème pour clipper au démarrage) et l'écart se creuse sur le deuxième : 15" de mieux pour lui, alors que je reste sur le même temps que son premier. Bon heureusement il va le payer un peu sur le dernier où j'arrive à lui prendre 5". Bel entraînement donc, même si on a dû faire des pauses un peu plus longues que le simple passage d'une route à l'autre en mode tranquile.

Sur le retour on décide d'enchaîner ces 35km de vélo par un petit pas de course. Etant assez fatigué, on choisit l'option la plus courte : 600m très rapide jusqu'au fond de la rue, puis marcher et trotter pour rentrer. C'est vrai que ce n'est pas une grosse transition, mais le but était juste de voir l'état des jambes après un vélo plus intensif que d'habitude.

 

Daniel



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée

Le lac ? c'est pour bientôt...

Ça faisait longtemps que ça nous titillait : attendre patiemment le moment où l'on peut retourner nager en lac ! Mais il est vrai que la température affichée par MeteoSuisse était plutôt ... rafraichissante, comformément aux climat qu'on a subit durant ce mois de mai.

Peu importe, il y a des fois où l'envie est vraiment trop forte : vendredi matin, le temps est beau est on a de sucroit congé à l'école. Pierre-André nous dit jeudi soir, sous forme de boutade : "Vous pourriez essayer d'aller nager au lac". C'est enregistré !

Un peu limite...

C'est la sensation ressentie en consultant une dernière fois internet avant de se lancer (14-15°C !). Après quelques hésitations, on y va quand même, quitte à ne pas faire long... Arrivés au bord de l'eau, la température au toucher semble acceptable. On enfile donc la combi et se prépare donc à faire quelques brasses ; ceci malgré le regard désabusé d'un promeneur qui n'en croît pas ses yeux : "Vous allez vraiment nager ??". Eh oui, le premier tri n'est que dans deux semaines...

L'entrée dans l'eau est toujours un moment critique : les pieds commencent à « brûler » légèrement mais la combi tient bien chaud sur le corps. Le cou et le visage ont aussi un peu froid quand on les rentre dans l'eau, mais après quelques tours de bras ça va mieux. On fait un bon 200m aller le long de la plage de Préverenges avant de revenir en accélérant un peu. On hésite alors : est-ce qu'on repart ? Finalement on décide de s'arrêter, la température est quand même un peu limite...

En sortant, les pieds et les mains sont rouges à partir de la fin de la combi : elle est vraiment bien utile ! Il est toutefois possible de nager une petite distance (jusqu'à 20 minutes - une demi-heure) sans problèmes...



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée

Qu'ils sont loooooongs, ces bassins !!

Quand revient l'été, même si c'est plutôt tardivement cette année, c'est toujours pareil : on s'apprête à quitter enfin notre 16m du Pontet pour rejoindre les piscines extérieures, voire même le lac. Oui mais, le hic, c'est que les sensations sont toujours identiques : les bassins n'en finissent plus. Ce n'est pourtant que 50m, rien à voir avec le lac, mais j'ai toutefois l'impression de ne plus savoir glisser, d'avoir mal au bras, de baisser le rythme avant d'arriver au bout... Qu'est-ce que ce serait dans ce bassin ???


Bassin de plus de 1km100, au Chili...

Bref, au final on a donc nagé 3 fois ce week-end : Vendredi à Montchoisi, entraînement spécial triathlon... dans les vagues puis samedi et aujourd'hui à Renens, où l'eau est par ailleurs très bonne (la seule sensation vraiment positive !).

 

Le beau temps enfin de retour nous permet aussi de faire repartir le compteur du vélo. Et toutes ces activités dehors font venir progressivement le bronzage (samedi j'avais même la marque du bonnet de natation !! mais ça s'estompe rapidement...).

Jean-Claude



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée

Test de la nouvelle néoprène

Enfin, les beaux jours arrivent et avec eux le bronzage sur la terrasse, les glaces et tout ce qui va avec... Mais stop ! fini de se prélasser, il est temps de se préparer pour les triathlons en lac. Et même si le nôtre est encore un peu froid, nous avons trouvé un bon remplacement avec les piscines extérieurs qui sont désormais ouvertes !

Véritable entraînement lac

Hier, nous sommes allés directement après l'école à la piscine de Montchoisi. Ses 50m sont quand même nettement plus pratiques que les 16m du Pontet pour tester la combinaison (la néoprène est autorisée en junior mais ne l'était pas en Youthleague, on doit donc s'y habituer). Vers 13h, on est parti pour 3km principalement en glisse avec un peu de rapidité sur la fin. On commence donc à nager en comptant le nombre de tours de bras pour comparer ensuite (Jean-Claude est toujours plus bas que moi, mais ça n'est pas nouveau depuis la combi). La pause de midi arrivant gentiment à sa fin, il y a de moins en moins de monde dans la ligne et les gardien finissent même par l'enlever. Un autre triathlète nous a rejoint juste avant avec sa 3.8, mais je dois tout de même avouer que l'eau était suffisamment chaude pour nager sans malgré un petit air frais par moments. C'est en nageant un moment plus tard que l'on comprend la raison pour laquelle les lignes ont été ôtées. En arrivant au bord pour la culbute, j'ai en effet l'impression qu'il y a comme des vagues dans la piscine. Mais bon, pour l'instant elles sont légères et le vent peut en être la cause. Au retour par contre, elles commencent à se faire de plus en plus importantes et pas très sûr de ce qu'il se passe, je suis obligé de sortir la tête pour jeter un coup d'œil à Jean-Claude et au gardien. Jean-Claude pousse la même tête que moi, mais le gardien n'a pas de réaction. Je me dis alors que les vagues doivent être provoquées volontairement par les responsables de la piscine et, après avoir pensé un court instant que cela pouvait servir à la nettoyer, je me suis rappeler que ces vagues sont justement l'attraction de la piscine de Montchoisi (on aimait déjà ces vagues du temps où on venait jouer du waterpolo dans cette piscine, c'est-à-dire du temps où on était encore tout petit et frileux, car je me souviens que l'eau y était froide). Ainsi, nous avons pu nager 300m dans de bonnes vagues, atteignant un bon mètre dans les bords. Le mécanisme s'est ensuite éteint et nous avons effectué notre petite série (50-100-200-100-50) et la souplesse. Juste le temps de finir avant que les vagues ne recommence à 14h15.

On en remet une couche aujourd'hui

Le plaisir de nager en grand bac et à l'air libre était si intense que rien ne nous a retenu aujourd'hui (il faut dire aussi qu'avec la combi, on n'a aucune excuses). Direction Renens cette fois-ci. On est au bord du bassin vers 11h et il y a déjà un monde fou : trois lignes sur quatre sont en effet occupées par le Renens Natation et le groupe de Valentin notamment. Après 1km d'échauffement en maillot derrière Pierre-André en combi, le Renens a plus ou moins fini son entraînement et on profite de la place en plus pour commencer à filmer notre technique. Après quelques aller-retour, nous sortons enfiler la combi. 200m pour s'habituer et ensuite 800m en "bon rythme sans s'exploser" selon les ordres de PA. Le départ est rapide, on cale ensuite un peu vers 300m avant de redonner un petit coup d'accélération sur la fin. Les sensations vont bien avec la nouvelle combi et même si le temps est moins bon que mercredi passé, le bassin plus long et le "sans s'exploser" qui ne valait pas alors peuvent expliquer la différence. On ajoute pour finir, et oui il fallait bien arriver à nos trois kils, 6x 50m pour essayer les plongeons. Aucun soucis non plus de ce côté-là. Un dernier bon point, l'enlevage a été très rapide aujourd'hui (en tout cas la deuxième partie, en général plus difficile) et n'a pas nécessité l'usage des mains (qui auraient donc pu mettre le casque en même temps).

 

Après avoir visionné les vidéos, les points à corriger sont toujours les mêmes : je rentre la main (surtout la droite) un peu de travers ce qui me force à tirer d'abord sur l'extérieur avant de revenir au centre. Jean-Claude doit lui plier les bras hors de l'eau pour arrêter de m'enbêter lorsque l'on nage de front (il y avait vraiment peu de monde dès le départ du Renens), et garder le rythme des bras constant sur tout le 800m.

Daniel



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée