Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Jour 2

2e jour officiel avec un tour un peu similaire à celui de hier mais tournant en sens inverse. Départ vers 9h30 (après un « triple » déjeuner pour certains) sur Platja d’Aro qui est encore bien vide à cette heure-là. On attaque ensuite la Ganga. Pierre-André a pris du retard dans le contrefort, quant à moi je suis la roue de Jean-Claude au centimètre. Au deux-tiers Pierre-André nous rattrape en soufflant assez fort et il me semble que, même sans le vouloir, le rythme de Jean-Claude s’accélère un peu pour rester devant sur la fin. Le col est court et vite passé. S’ensuit une petite descente où je n’arrive pas à rejoindre Jean-Claude et Pierre-André suite à ma pause pipi du sommet mais surtout à cause d’une petite Seat qui freine plus que Pierre-André dans les virages. C’est donc au guidon de tri que je les rejoins, en forme entre 45 et 50km/h (faux-plat descendant puis plat). Bien lancé je prends ensuite un bon relai (40km/h), très facile avec l’aide de Jean-Claude (et du vent de dos clin d'oeil) on atteint la Bisbal d’Emporda en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…

Après une petite hésitation sur le chemin à suivre dans Cruïlles, on retrouve les petites bosses d’approche en direction d’els Angels. En bifurquant sur la gauche, plusieurs personnes nous regardent avec de grands yeux… on doit visiblement passer à l’envers ! Un bus d’une équipe de vélo nous a dépassés et ils ont l’air d’attendre là le passage des coureurs de même que 5 ou 6 spectateurs. Il me revient alors également que aussi bien hier et avant-hier nous avons vu de vraies équipes de vélo avec voiture suiveuse (et on en croisera encore une sur la fin du tour). Mais bon, on n’est pas là pour les attendre nous ! On s’engage donc sur le col, Jean-Claude et moi devant, Pierre-André un peu derrière. Nous faisons la montée à un bon rythme régulier, sur la fin je prends quelques mètres d’avance en donnant un petit coup pour dépasser un cycliste. Arrivé en haut le vent souffle par contre bien fort et même après avoir remis le gilet j’ai presque froid à l’arrêt. La pause ne sera donc pas longue avec juste le temps de manger une banane et prendre quelques photos.

A la descente je ne suis pas motivé avec le froid et le vent et je laisse plutôt aller sans vraiment pédaler, voire à peine dans les bouts plats. Au fond je profite de la pause pour attendre Pierre-André pour resserrer une vis du pédalier qui faisait du bruit, ce que j’ai à peine le temps de faire puisque le voilà qui arrive déjà (c’est ça de faire la descente gentiment !).

La partie plate pour rejoindre Llagostera ne sera pas triste puisque cette fois-ci le vent est de face ou de côté selon les tronçons et il faut par moment s’accrocher pour tenir les 25km/h à plat. Pour finir nous prenons le Sant Grau où je pars devant un peu énervé de la pause forcée à Llagostera pour « ravitaillement » (qui doit normalement se faire sur le vélo, non ?) qui a dû absolument se faire au magasin de vélo alors que je venais de le passer après le virage. A la petite descente, mon compteur se met soudainement dans les rayons et je m’arrête le remettre. Au moment de repartir, Pierre-André est juste devant et je le rejoins rapidement. Je continue ensuite à un rythme assez rapide jusqu’à rattraper Jean-Claude et finis avec lui. Sur le sommet, le temps n’est pas au beau fixe avec un fort vent et des nuages qui défilent à une belle vitesse au dessus de nos têtes. Au point de se demander même si ce n’est pas un orage qui se prépare… quoique les nuages soient bien blancs. Assurons tout de même le coup et ne trainons pas ici ! La rentrée sur Sant Feliu se fera en deux groupes puisque Pierre-André nous dit de ne pas l’attendre au fond. Ce qui nous fait donc 115km à un peu moins de 25km/h de moyenne effective.

Une fois les vélos rangés, nous changeons d’habits, croisons Pierre-André, et partons courir dans la ville. Un petit tour à l’est, retour sur le bord de mer où l’on recroise Pierre-André, un petit tour vers la piscine et encore un petit tour juste au nord de l’hôtel… 28 minutes. Zut, on voulait viser les 30’, bon et bien on improvise deux accéls en montée dans les ruelles et l’affaire sera jouée !

Espérons maintenant que le temps tienne pour ces prochains jours (car ils annoncent un risque de pluie pour lundi et mardi inquiet).



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Semaine en Espagne : Jours 0 et 1Jour 3→