Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Uster triathlon

Dernière course du circuit junior et dernier triathlon de la saison pour nous, le triathlon d'Uster a eu lieu le weekend passé. Pierre-André étant occupé par son traditionnel Ironleman, nous avions organisé le voyage avec Pierre et l'hôtel avec Martial. Malheureusement les Gottraux ne sont pas venu comme Gea n'a pas encore bien récupéré de sa bronchite. Par ailleurs, c'est toute la délégation orange qui était réduite pour cette course, notamment à cause des Championnats d'Europe de triathlon par équipe auxquels Antoine, Sylvain et Estelle ont pris part.

Le stress de la veille

Nous avions rendez-vous le samedi à 15h avec Pierre pour faire le voyage jusqu'en Suisse allemande. Nous dînons donc tranquillement aux alentours de midi et commençons à préparer nos affaires vers 12h30 - 12h45. Je descends tout d'abord au sous-sol prendre les affaires pour la transition et lorsque je lève la tête pour regarder mon vélo (suspendu juste au-dessus), j'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche... une seconde de réflexion plus tard,je remarque que mon pneu (ou plutôt boyau) arrière est complétement plat. Je démonte ma roue et la regonfle, puis commence à l'analyser consciencieusement. J'ai encore le secret espoir que le boyau n'est pas percé... et pourtant, tout indique que oui et j'ai encore le temps de le changer avant la compétition. Je cherche le trou, mais je ne sens rien. Je trouve finalement une petite aspérité, de laquelle il ne semble toutefois pas sortir de l'air (même la joue collée contre, je ne sens rien). En montrant à Jean-Claude, j'en trouve une plus grande... la fautive ? Rien de plus sûr... Le test de la bassine (un peu d'eau dans laquelle on immerge le boyau) me le certifiera : l'air sort au goutte à goutte (ou au bulle à bullelangue) par cette infime ouverture. N'ayant jamais changé de boyau, je décide de partir au magasin de Jean-Gilles pour être sûr de tout faire comme il faut. Gianna va me chercher un sac et un natel, puis je fonce jusqu'au magasin avec mon boyau de rechange. Il est déjà 13h15 et je stress sachant le temps qu'il nous a fallu pour monter les roues la première fois. Le stress est cependant inutile, car le tout est changé en 30 minutes voire peut-être 45 avec le temps de régler les vitesses qui peinent un peu à passer (rien à voir avec le boyau percé, mais tant qu'on révise le vélo, pourquoi ne pas faire dans le reste également ?) ; le choix des bandes auto-collantes pour coller les boyaux sur la jante était certainement une bonne décision. Je ressort donc heureux et avec un vélo en meilleur état qu'auparavant et, après un arrêt à mi-parcours pour tourner la molette de réglage des vitesses d'un huitième de tour (ne dit-on pas que tout est dans les détails ?), je suis de retour à la maison pour finir mon sac. Et il me reste une bonne heure, pendant laquelle je tourne presque en rond dans la maison, étant prêt à partir et ne voulant pas commencer à enlever le chaussure et à me poser quelque part, et pourtant attendant que le moment arrive enfin.

 

Après quelques bouchons, mais surtout beaucoup de travaux sur l'autoroute, il est déjà passé 18h lorsque nous arrivons à Uster. Nous partons donc immédiatement pour la reconnaissance du parcours vélo. Je ne suis pas très motivé à faire le tour complet le soir, mais je finis par suivre Jean-Claude. Le tour est très plat et pourtant jamais plat ; un tour de lac sans dénivellation, mais toujours en - très - léger faux plat. Aucun virage dangereux... un vrai parcours de rouleur quoi !

S'ensuit une bonne platelée de pâtes à la pasta-party où les parents ont déjà pris les dossards. Les spaghetti sont si bons que l'on se sent obligés de redemander un supplément. Le cuistot nous l'offre avec plaisir et on doit le forcer à ne pas trop remplir l'assiette : "C'est pour la victoire" qu'il dit à Jean-Claude, mais lorsqu'il ajoute "encore une première place" en prenant mon assiette je suis obligé de répondre "ce sera difficile".


Départ natation

Bonne natation

Le jour de la course, tous les préparatifs se font selon l'habitude. Il fait d'abord un peu froid et je regrette de ne pas avoir pris les gants et le bonnet comme Tim et Robin, mais une fois le soleil dégagé de ses nuages, la température devient plus acceptable. La neoprène est par contre autorisée. Au départ, tous les juniors sont devant la ligne et je crois que si Jean-Claude ne m'avais pas dit que le départ avait lieu dans 10 secondes, j'aurais été surpris. Quasiment aucune indication et aucun mot pour nous dire de reculer ! Ma foi tant pis, maintenant il faut nager. Sur l'aller je me situe entre deux groupes, je ne sais pas trop lequel suivre. Je suis les deux de gauche à partir de la première bouée, car ils ont pris un peu d'avance sur les autres. Un concurrent me pousse sur tout le retour mais j'arrive malgré tout à m'accrocher à Tim et Nicola qui sont mes deux ouvreurs. C'est donc en très bonne position que je sors de l'eau.

Départ à vélo difficile, puis bonne fin de tri

La transition est moyenne et mes 10 mètres de retard à la sortie de l'eau sont plutôt de 30 au départ vélo. J'essaie tout d'abord de les fixer devant pour ne pas perdre du terrain. Le début est toutefois difficile et les cuisses me font mal. Leandro me passe comme une fusée à 5 kilomètres et le voyant rattraper mes deux points de mire (maintenant à une bonne centaine de mètres), je m'en veux de ne pas avoir fait le forcing pour m'accrocher à eux dès le début. Vers la mi-parcours, Giacomo me dépasse et je vois devant que Leandro s'est fait arrêté pour drafting. Le moral est de retour (même si Leandro a pu repartir devant nous) et le rythme de Giacomo me convient très bien. Je reste entre 5 et 10 mètres derrière lui et nous finirons notre tour ainsi avec en plus Robin qui nous a rejoint vers 12km.


Après 500m de course, dans la foulée de Robin

A l'approche de la transition, les changements à la tête du groupe se font plus fréquent (même sans drafting). Je change très bien et sors le premier de la zone de transition. Je me sens bien et force le rythme au début. Robin est tout de suite avec moi. Quelqu'un lui annonce en suisse allemand : "Tu es deuxième, 30 secondes sur Tim". Ai-je bien compris (deuxième virtuellement car le groupe de devant n'est pas loin) ? Peu importe, l'essentiel est de le tenir le plus longtemps possible, car Robin est un des meilleurs coureurs à pied. Je le laisse passer devant mais je m'accroche tout de suite dans sa foulée. Tout va bien jusqu'au premier kilomètre, puis j'ai une légère baisse de rythme dans le deuxième. Je pense que Robin a encore accéléré puisque nous voyons maintenant Leandro 100 mètre devant. Il me lâche en effet assez rapidement. Le rythme revient ensuite et je finis plutôt content de ma course à pied. L'écart avec Leandro est resté constant jusqu'à l'arrivée et j'ai même battu Thobias sur la partie course alors qu'il est d'habitude plus rapide.

 

Cette sixième place me satisfait donc. Le début du vélo était assez dur mais le reste a très bien passé. Malgré un parcours que je n'estimait pas des plus intéressant la veille (un tour de lac plac et presque ennuyant, uniquement pour les gros rouleurs et un parcours à pied avec un long aller-retour le long de la route), le fait de rouler en groupe même assez distant m'a poussé sur la deuxième moitié et j'ai été entraîné par Robin au départ de la course ce qui m'a permis de distancé Giacomo et de bien résister au retour de Jean-Claude et Thobias. Je n'ai juste pas réussi à rattraper Leandro en course, mais il a nettement mieux couru qu'à Lausanne.

Vacances bien méritées

La saison est maintenant finie. Je suis cinquième au classement junior, mais plusieurs autres n'ont pas fait les quatres courses nécessaires. Premier de 1992, je suis content de cette place, même si je sais que la lutte risque d'être rude avec Nicola, Leandro et Jean-Claude l'année prochaine.

Nous allons maintenant faire une période de pause, avec notamment deux semaines au Canada à partir de mercredi. Puis nous reprendrons la préparation et feront certainement quelques courses dans la région. Mais avant cela, pour être en pleine forme pour bien commencer l'EPFL, nous partons quatres jours pour un "tour des Alpes" sur le weekend du jeûne. Beaucoup d'activité en perspective donc !

 

Daniel



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Triathlon de LausanneVacances au Canada→