Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Seelandtriathlon

C’est un bloc chargé de deux semaines très intensives qui nous mènent au triathlon de Morat samedi 15 septembre. Le premier week-end du mois consiste en un enchaînement long-intensif-long. S’en suivent des séries à pied dures mais où la fatigue m’empêche de bien dérouler les sensations. Puis la semaine d’avant course comprend une longue sortie aussi bien sur les barres du contre-la-montre qu’avec les baskets. Je suis crevé, et malgré avoir prévu de courir à Morat en "train-through", décide de prendre un jour de pause le mercredi avant ainsi que pépère le jeudi. Peu importe, "milky way" (TSB) est toujours dans le négatif le jour J (et ce depuis le 19 août), faudra faire aller.

Sur place on retrouve du beau monde : les copains du Rushteam, les collègues du Team Tzamo, la concurrence Team Koach notamment. En prenant la course en passant, j’oubliais presque qu’elle distribue des prize money, et que le niveau y est meilleur qu’ailleurs sur TriCircuit.

Natation

L’eau est bonne, mais la combinaison autorisée. Je suis aux alentours de Freddie Staal, David Herzig et Daniel au départ natation. Autant dire que je vois que des pieds pour une fois, et ne m’extirpe pas du tout une fois le coup de pistolet donné. Je suis plus ou moins des bulles, mais ça s’étire vers l’avant. Un long aller légèrement sur la droite comme d’habitude à Morat. Mon guide se plante un peu avant la bouée, et met les gaz pour rejoindre le groupe après. Damn ! Si j’arrive à la première bouée dans les bulles, je me retrouve seul lorsqu’il accélère et finis la natation pour moi. Mon niveau ces temps à l’entraînement est un peu plus faible que je ne me le souhaite, et si sur Ironman ça reste respectable, ça se paie sur un 1500m rapide (mené comme par hasard par Daniel).

Vélo

A la sortie de l’eau surprise on sort par l’autre arche que prévu. Je me retrouve en 5 secondes devant ma place sans avoir eu le temps d’enlever le haut. La transition aussi est un point que le switch sur longue distance n’a pas forcément favorisé. Bref sauter sur le vélo et pousser en direction du Nespresso d’Avenches. Vent de dos ça défile vite, à se faufiler parfois entre voitures et tracteurs à des vitesses approchant parfois ma limite de se sentir à l’aise sur les barres. Une fois le virage à droite en direction du Vully effectué c’est une autre histoire. Urs Mueller me reprend alors que mes cuisses me rappellent les efforts des deux semaines précédentes. Le compteur se bloque à 280W, au lieu des 300W escomptés. Dans la bosse pas de miracle. Je pousse mentalement, mais les pédales mesurent moins que dans The Beast sur Ironman à Zürich !

Allez Jean-Claude. Peu importe le compteur, on approche de la moitié. Je reprends Freddie et un autre concurrent, alors qu’Andreas Gruetter me reprend dans la deuxième montée du Vully. Le vent souffle plus fort désormais (ou alors on le remarque plus de face avec la fatigue). Et j’ai l’impression de pousser péniblement sur le retour. Seul point positif, la position est agréable sur les barres, et les kilomètres défilent malgré tout assez vite.

Uster group
En T2.

Course

Une fois descendu du vélo et enfilé les chaussures, départ sur un bon rythme mais sans trop forcer. Un point sur le côté me gênera un peu, je reste donc dans le rythme conservateur. Pas de concurrents directs en vue, ni devant ni derrière, j’ai mon petit train-train. Sur la deuxième boucle on reprend les meilleures dames, dont une tente de s’accrocher un kilomètre. Petit défi pour moi d’hausser le ton, les jambes ont vraiment de la peine à passer dans la réserve aujourd’hui. L’impression d’avoir couru un olympique au rythme semi-iron. Ça coule bien dans le rythme endurance, mais elle est passée où la vitesse supérieure ?

Alors que Daniel en a terminé déjà depuis 6min en deuxième position, je prends la 6e place overall. 3e de la catégorie, et vainqueur des championnats suisses universitaires. Et puisque c’est train-through, et ben le lendemain matin c’est 95km de vélo à 35km/h de moyenne sur les barres, enchaîné par 10 kilomètres de course en rythme ironman+ dans la forêt. Bizarrement j’ai eu de meilleures sensations que le jour de la course. Être capable de récupérer si vite d’un olympique est un excellent signe. Dernière ligne droite avant Barna…

Uster group
Podium catégorie 18-34.
Uster group
Podium Championnats Suisses Universitaires.
Uster group
Bière de fin de saison. A un détail près pour deux d'entre nous ;)



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Doublé sur olympique à UsterIronman Barcelona→