Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Championnats suisses de 10km sur route

Prendre l’élan pour sauter 3 marches d’un coup, s’encoubler, et retomber à genou sur la première.

C’est l’impression qui m’est laissée par ma participation ce week-end aux championnats suisses de 10km sur route. Une marche de prise, il est vrai, mais la déception d’avoir visé plus haut et de s’être planté.

On se présentait au fin fond de la Suisse, sur les abords du Rhin, pour un clair record personnel. Parcours facile et rapide, course relevée, mis à part un poil de vent les conditions semblent idéales pour battre une marque datant de 2014. Aux entraînements les jambes sont en forme, je me plains juste parfois de manquer de résistance sur les séries au seuil.

Midi et demie, les chevaux sont prêts, le départ est décompté depuis 10s, ça part … en pétard mouillé. Tout le monde s’arrête, observe, se demande ce qu’il se passe. Le speaker décrète un faux départ sur la droite. Oui mais pas facile de faire revenir 700 personnes en arrière alors qu’elles ont déjà couru 100m. Bref 5 minutes de battement, retour sur la ligne, 10s décomptées en une demi-respiration par le speaker et top départ.

Ça part vite devant, je me suis promis de gérer un peu. Oui mais enfin pas trop non plus, restons dans un groupe. Petit passage au bord d’un canal, le vent de dos, tout va pour le mieux. 3’09 au panneau, c’est un poil rapide, mais restons dans les pieds de Cesar Costa. Le deuxième kilomètre dans les villas se déroule rapidement aussi, même rythme. Au 3e la direction change un peu, mais les maisons offrent un peu de protection. Me semble naviguer un peu gauche droite, perdre de l’énergie à combler les écarts et rester dans les jambes, pas forcément bon signe. Plus tard de retour vers le canal le vent devient de face et je dois laisser partir gentiment mon 3e groupe, pour prendre la tête d’un 4e en train de se former. Le tempo ralentit, je l’avais prévu. Le but étant de remettre l’allure vers les 6 à 8km qui devraient être easy peasy vent de dos.


Après 4.5km de course. Photo: Joanna Ryter.

On boucle vers le départ à 4km500, tire une ligne droite jusqu’au 5e km où je regarde pour la 3e fois la montre. 16’07, ça a déjà ralenti un poil comme attendu. Mais surtout les sensations ne sont plus vraiment là. Et de retour vers le canal, je me retrouve seul car lâché par mes deux compagnons. Me semble que le vent est de face, ça me scie le moral aussi. Peut-être que c’est une impression, mais le vent a tourné je dirais. Et moi je perds ma coordination et mon rythme, et paie ainsi mon poker des premiers kilomètres. Quelques personnes me dépassent encore, dont Rubén qui remonte le peloton des “jeunets craquants” comme moi. Il aura joué la carte de l’intelligence, qui remporte la plie face à l’audace…

Vers 8km je reprends du nerf en direction de l’arrivée (ce qui par la même occasion confirme ma théorie de vent ayant tourné). Me reste 6min43 pour passer les 33min, l’objectif B de la journée (le A étant les 32’30). Et surtout 7min11 pour un nouveau record sur 10km. Je peux pas le rater. Au mental, avec ce style pas beau mais relativement efficace les dents serrées, je coupe la ligne en 32’53, nouveau record personnel.

La journée me laisse un goût amer, une certaine déception d’avoir visé beaucoup plus haut que mes capacités. Mais du côté positif c’est ma première compétition sans douleurs (autres que liées à l’effort) depuis mai l’an passé, et même en “explosant” je limite les dégâts à 10s/km. La forme est bien là, et comme Rubén le disait peut-être que pour la confirmer il suffirait d’un 10km où je fais un vrai tapering au préalable. On prépare la saison de triathlon, et pour l’instant je crois qu’elle s’approche bien. Et qui sait combien de temps ce record tiendra?



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Camp TVO LanzaroteNN Marathon Rotterdam→