Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

TDFO

Prologue vendredi soir

Après la SOLA du week-end dernier avec le TV Oerlikon, place cette fois-ci à un week-end de sport avec le Rushteam aux alentours d'Ecublens. Plus de trajets par conséquent pour nous, mais ça nous fera du bien de rouler avec pas mal d'intensités car si je suis confiant de ma course à pied, j'ai un peu plus de doute pour le vélo à l'iron (et la natation me direz-vous? pff, c'est un iron, tout le monde s'en fout...). Départ donc vendredi matin en jeans et contre-la-montre pour le bureau en cadenassant la bête dans le hall d'entrée de l'immeuble tant bien que mal à l'abri des regards indiscrets. Les commentaires des collègues fusent, que ce soit sur la position, le poids, ou la vitesse moyenne qu'il me faut tenir sur 180km; les paroles ne sont toutefois rien sans mettre les jambes à exécution; et cela commence le soir même par le prologue d'Echandens après un passage express à la maison depuis la gare pour déposer un sac que l'on ne veut pas mouiller au bord du parcours.

Le programme de cette année est exactement le même que l'année dernière et les parcours sont par conséquent tous vus, sus, connus. Le prologue est court, presque trop à mon goût, mais de toute façon l'écart ne se fera pas là. On arrive sur place tout juste pour voir Matthieu et Philip s'élancer et faire une fois le parcours derrière eux (enfin de très loin parce que ça va vite) en reconnaissance, notamment du dernier virage qui est relativement risqué avec la route mouillée.

Ne voulant pas beaucoup s'éterniser ni prendre froid à attendre, les départs sont quelque peu avancés et les trous des quelques désistements remplis par décalage des noms sur la liste. Ainsi, notre départ s'approche à très grands pas et bientôt me voilà parti pour cinq à six minutes d'efforts intenses. Démarrage fort mais en en gardant sous la pédale, bien tiré ensuite le faux plat descendant. Les jambes ne me semblent pas très bien répondre; pas grave, ce ne sera pas long. Petite montée pour atteindre Bremblens (sur les barres ou pas? allez oui ça passe...) et tentative de relance dans le village. Rester en position ensuite sur la redescente et voici déjà le dernier virage. Prudence! pas envie de tomber maintenant et pour le TDFO je préfère perdre du temps là que prendre des risques; freinage OK, virage easy, bref bien trop de marge vu que je ne dépasse même pas la moitié de la route à une seule voie dans laquelle le parcours nous emmène. Relance, ça me semble être tout bon pour bien finir. Quoique, ça c'était avant que les jambes ne me lâchent sur la fin de cette remontée qui me paraît pour le coup interminable et infernale. 8" de perdues sur Jean-Claude sur ces quelques hectomètres finaux d'après Strava et 20" au total sur Philip. Si on peut au mieux en mettre quelques-unes sur le vent qui se serait levé la moindre depuis son départ, il reste encore à s'améliorer d'un bout pour rivaliser.

Grosse étape pour le samedi

Sur un TDFO de trois jours, en général la grosse étape est celle du samedi. Le vendredi soir c'est du très court, tandis que le dimanche c'est essayer de manager la fatigue; et le parcours actuel ni coupe pas: Mollard et Mollendruz au programme, et même si le retour est long depuis le Mollendruz jusqu'à Bussigny, le peu de densité et de groupes après celui-ci impose une étape très difficile pour tout le monde (l'année dernière tout comme celle-ci).

TDFO 2017: peloton du samedi
Peloton Rustheam au départ du samedi.

Jusqu'au pied du Mollard, le groupe se déplace compact en formation plus ou moins neutralisée (au début officiellement, ensuite par la force des choses). Les esprits vont toutefois s'échauffer plus vite que les jambes n'auront le temps de le faire. Une ou deux petites attaques ou remontées au sein du peloton avant que je ne me retrouve seul en tête avec 15m d'avance, conséquence d'avoir tiré un coup fort avec l'objectif de montrer ma présence et calmer les adversaires. Je reste en tête la majeure partie de la montée, me retournant souvent pour vérifier le retour de Jean-Claude et Josué. J'ai envie de passer le sommet avec eux pour pouvoir tirer ensemble derrière. Après quelques hésitations, j'arrive à les emmener et nous partons à trois, l'occasion de forcer Philip à tirer derrière pour ramener.

La suite de la bosse sur Burtigny est dictée par Josué tandis que je reprends les commandes en direction de Gimel. Contre-la-montre presque individuel, je ne lésine pas sur l'effort au début pour rendre la tâche à l'arrière plus difficile. Jean-Claude, coéquipier de Philip, refuse logiquement de me prendre un relais. Josué finira par me remplacer en tête ensuite tandis que Philip nous rejoint finalement dans Gimel avec David et Giorgio. Presque ouf à ce moment-là parce que ça veut dire qu'on peut relâcher le rythme quelque peu et laisser les autres prendre le vent pour empêcher le retour de Joël ou Matthieu.

Mise à part la petite descente entre Saubraz et Bière où je passe devant (et pousse un peu Jean-Claude dans ses limites vu qu'il est plus craintif en descente), le pied du Jura se fait en groupe de six avec une bonne entête et un partage plus ou moins équitable des relais. Dès l'entame du Mollendruz par contre, David abandonne tout espoir de nous suivre et nous continuous donc à 5. Cela jusqu'à l'épingle où, comme l'année passée, je lance mon attaque en direction du sommet. A la différence de la dernière fois, Jean-Claude est directement dans ma roue et ne me laissera pas un centimètre jusqu'au sommet. Derrière, l'écart est toutefois fait et Philip n'est plus en vue. Il me faut donc continuer à tirer en solitaire et me coltiner Jean-Claude dans ma roue, le jeu en vaut la chandelle. Je me sens bien sur mon petit prolongateur du vélo de route et me lance ainsi dans le faux-plat descendant sur Vaulion. A cet instant, rien ne m'arrête, ni le vent, ni la pluie (ni la grêle?), ni les projections qui limitent sensiblement la visibilité. Un petit regard en arrière au milieu de l'averse pour prendre les S de la route en forêt au mieux me fera remarquer que Jean-Claude n'a pas tenu la roue; plus prudent, ou moins confiant, selon auquel de nous deux vous demanderez. C'est parti donc en solitaire. Fin de descente malgré tout relativement calme dans les virages (selon moi) et dégustation d'une petite barre énergétique quand le 50-12 (la 11 ne passe pas bizarrement) ne me permet plus de pédaler confortablement. Jusqu'à la Chaux je me sens extrêmement bien et continue sans me retourner pensant finir seul si possible. Au début de la montée, une douleur dans l'arrière cuisse gauche me rappelle la moindre à l'ordre et je décide par conséquent de prendre la bosse un peu plus tranquille. Pareil pour la redescente sur Cossonay avec un autre petit gel d'avalé pour la route afin de reprendre des forces avant le retour sur Aclens. Les muscles des jambes sont rentrés dans l'ordre et même si la fraîcheur n'y est clairement plus, le rythme est toujours bon. Au giratoire, j'apperçois Jean-Claude pas loin derrière et devrais consentir dès là à un effort supplémentaire pour conserver mon avance jusqu'à l'arrivée. Très content de mon étape, un parcours comme je les aime et une belle dynamique dans l'ensemble.

Et comme le TDFO n'est qu'un entraînement pour nos triathlons, nous enchaînons avec Jean-Claude avec ce que tout bon cycliste se refuserait pour suivre les règles: une petite course à pied. J'avais lancé l'idée mais après pas moins de 300m c'est déjà Jean-Claude qui est nettement plus motivé que moi. Il faut me faire violence mentalement pour ne rien dire et conserver le tempo. Ni une ni deux nous voici de retour à Moulin de Choc, mais Jean-Claude trouvant cela trop court, il nous fait partir en direction de Vufflens-la-Ville. Les voies de chemin de fer nous empêchent alors de couper court et nous irons donc jusqu'au bout. Le retour au bord de la Venoge est plus difficile; quelque peu tortueux, voire même sacrément boueux (j'ai même dû poser main à terre pour me rattraper d'une belle glissade). Une montée nous force à marcher sur un bout; heureusement que nous l'avons fait d'ailleurs, car la fringale n'est pas loin dans les chemins de campagne qui zigzaguent autour du refuge de Bussigny. 8km plus tard nous retrouvons avec grand plaisir nos accolytes de "ballade" et pouvons nous poser sur le goudron pour reprendre nos esprits (ainsi que tirer les débuts de crampes qui nous guettent tous deux).

Contre-la-montre final du dimanche

L'objectif du dimanche est clair: le contre-la-montre final avec l'envie d'enfin réussir à battre Philip sur un effort individuel; rien ne sera moins facile par contre mais j'ai l'espoir de pouvoir le faire cette année.

TDFO 2017: peloton du dimanche
Peloton Rustheam avant le départ du dimanche.

Avant cela, il nous faut faire ce qui ressemblerait à une étape de transition ou de bordure sur un grand tour cycliste. Des petites boucles dans la région de Bavois, où vent, pluie, et autres obstacles, viennent toujours mettre un peu de piment dans ce qui est une étape des plus faciles sur le papier. Comme la veille, le rythme au départ est agréable me semble-t-il. Je prends les commandes en direction d'Orbe après la déneutralisation d'Orny, mais sans forcer en laissant quelques échappées au début et en profitant surtout d'un bon gros vent de dos. Passage des voies dans Orbe avec grande prudence et attente de la reformation complète du groupe. Je continue ainsi jusqu'à Mathod me sentant bien à l'avant. C'est Jean-Claude qui viendra me prendre un relais ensuite pour la traversée direction Ependes où Philip nous placera une belle pique pour réveiller le peloton. Matthieu et David ont su vite sauter dans sa roue tandis que derrière c'est plus la débandade pour savoir qui pourra prendre quelle position. Après un petit moment, je me décide à ramener et profiterais d'un refus des deux plus jeunes d'aider Philip dans sa tentative pour faire la jonction. Le groupe s'est bien réduit malgré tout dans l'opération et le rythme bien changé également. La prochaine attaque viendra du même Philip sur la légère remontée sur Orny même si moi-même ainsi que d'autres étaient également prêts à mettre quelques dents en plus à ce moment-là. L'accélération était même si attendue qu'elle ne sera que de courte durée bien que suffisante pour perdre Gilbert et Joël. Dans Orbe, les mésaventures entamées par le reste du groupe Rushteam un peu plus à l'arrière (chute pour Cendrine ainsi que multiples crevaisons) seront reprises par notre groupe également (chute de Josué et crevaison de Matthieu). On se regarde la moindre avant de partir à la chasse de Philip qui semble décidé de continuer. Il pleut bien fort à cet instant du parcours forçant quelque peu à plus de calme et de concentration; sans que cela n'empêche bien évidemment que la montée sur la caserne de Chamblon ne se prépare. Jean-Claude donnera le tempo tout du long, lâchant les membres du groupe à l'usure tandis que moi je m'efforce de rester dans sa roue. Au sommet, il fait froid (et je me rends compte que j'ai oublié la veste à la maison alors que j'étais sûr de l'avoir). Les poursuivants arrivent un par un au compte goutte pour ceux qui ne sont pas annoncés de retour direct à la maison par Whatsapp. L'étape aura laissé ses traces.

TDFO 2017: arrivée à Chamblon
Arrivée à Chamblon dimanche midi sous la pluie.

Pour les survivants, il reste le contre-la-montre traditionnel Yverdon-Bussigny même si l'envie n'y est pas vraiment. Le transfert est plutôt long à force de détours à travers les champs; les tremblements de froid des dents et des bras sur le vélo ni aidant en rien. Heureusement la pluie a cessé et reprendre la route va me réchauffer gentiment. Moi qui pensais pouvoir faire des pointages réguliers en partant tout dernier devrais toutefois me contenter de voir une ou deux très rares fois Jean-Claude devant mais jamais Philip. Il me semble pourtant rouler bien fort sur ce début de parcours, malgré des sensations plutôt moyennes. Dans la montée de la Sarraz je croise Josué puis Judith mais toujours pas de Jean-Claude en vue. Dans la descente sur Golion, je me sens pour une fois bien sur les barres et peux ne quitter la position aérodynamique que lorsque j'ai eu à faire un dépassement de voiture (si si!). Quelque chose me dis pourtant que je n'aurais pas un gros temps à l'arrivée et cela sera confirmé par les résultats: 1'40 de retard sur Philip, une belle rincée. D'après nos pédales respectives j'ai pourtant mis nettement plus de watts; une erreur de calibration, un artéfact de la mesure avec mon pédalier ovale, un impact du matériel, une différence de position, une mauvaise gestion de l'effort, ou un mélange de beaucoup de facteurs? Que sais-je? Cela me laissera perplexe certainement encore quelques jours. Il me faudra également, je pense, encore plusieurs sorties avec des intensités du genre des 3x20' pour avoir complètement confiance dans mes capacités à vélo avant l'ironman. Mais c'est aussi pour cela que j'ai envie de finir par un grand merci à tous ceux qui ont partagé ce week-end avec nous, avec un mot particulier à Philip pour l'organisation et Gilbert pour les grillades du dimanche soir. C'était très intense mais très sympathique et sans aucun doute très utile pour l'entraînement de tous.

TDFO 2017: contre-la-montre final
Arrivée du contre-la-montre final.



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←SOLA StafetteHalf-iron de Doussard→