Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

10km Payerne

Course test traditionnelle

Une fois n'est pas coutume, nous avions décidé de ne participer à aucune compétition cet hiver avec Jean-Claude. Enfin, pour être correct, il faudrait dire que la décision a été en partie conséquence du déroulement de la saison creuse ; pas beaucoup d’envie et un temps de récupération plus long qu’escompté après le marathon de Lucerne, nous ont un peu forcés la main… sans que nous n’ayons véritablement essayé de changer l’ordre des choses. Mais voilà, février est déjà là (ou passé maintenant) et avec lui arrivent les traditionnels 10km de Payerne. Petit test de début de saison, géré avec nettement moins de pression et d’attente ces dernières années comparé aux précédentes. N’en reste pas moins l’envie d’encore et toujours faire baisser ma marque sur la distance (une des rares, si pas unique, courses sur la distance de l’année). Temps à battre : 32’30 d’après mes souvenirs (32’44 en vérité…). Du coup, je fixe l’objectif à 32’00 ; il faut bien que tous ces entraînements avec le TVO et ces kilomètres que j’accumule sur le béton finissent par payer.

PB malgré gestion non-optimale

10km Payerne 2017, Daniel
Passage au premier kilomètre

Le problème souvent avec Payerne est que les séries à vitesse de course manquent encore et il m’est ainsi toujours plus difficile à juger mon rythme aux sensations. Et 2017 ne va pas y échapper. Tranquille, easy, confiant, et vague à l’âme encore quelques minutes avant le départ à blaguer avec Matthieu et David sur qui devrait suivre Fabienne Schlumpf (hint: moi) pour ne pas penser à mon arrière-cuisse gauche qui tire la moindre, je suis paré pour l’erreur du débutant : pan, coup de pistolet (sauf qu’il n’a pas eu lieu mais que tout le monde est parti quand même) et passage au premier kilomètre sans comprendre ce qui s’est passé. 3’00 ou 3’02, je ne sais pas trop au regard de la montre mais c’est rapide. Il m’aurait fallu plutôt me caler dans du 3’10-3’12. Ce que je fais sur les kilomètres suivants avant de me sentir inexorablement baisser de rythme dès le quatrième. Je garde la distance constante avec François Leboeuf, au moins ça, mais au premier passage sur la ligne d’arrivée à 4.5km le speaker en a plus pour Fabienne qui doit me suivre de pas très loin d’après ses commentaires. Encore un bout de pénible pour moi, seul jusqu'au passage du panneau 7km, avant de me faire reprendre par elle et son groupe de coureurs accrochés à ses pieds comme des mouches. Bon, ça joue encore pour le moins dans la tête vu que j’arrive à ne pas prendre ça comme un coup au mental mais comme une occasion de reprendre le bon rythme en me joignant à l’essaim. Deux beaux petits kilomètres s’en suivent et me feront regretter encore maintenant de ne pas avoir fait la course tranquille dans les pieds de Madame depuis le début. Son accélération sur la fin me fera malgré tout perdre contact de quelques mètres et finir 7 secondes derrière en 32’14. PB pour moi (et record suisse féminin explosé pour elle) même si je suis un peu déçu de ma gestion de course qui me laisse penser que 32’00 devrait être faisable. Et même s'il me semble récupérer très vite dans la demi-heure qui suit (« trop vite, j’ai pas assez donné » dirais-je à Matthieu), le coup de mou de l’après-midi et les mollets lors de la série du mardi suivant me rappelleront le contraire.

Au final, et pour les objectifs de cette année, la vitesse est là et c’est bien ça l’important !



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Majorque avec le TV OerlikonCamp Eitzinger en Andalousie→