Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Des résultats divergeant à Uster

Si Daniel a pu confirmer sa belle lancée avec une victoire de plus, il en est allé un peu différemment pour ma part, avec une course partie en vrille au 30e km...

Mais avant cela, faut préciser qu'Uster était une course à départ par intervalle en contre-la-montre, quatre personnes à la fois toutes les dix secondes. Les sensations à l'échauffement sont mitigées, avec une prépa pour Nyon super bien réussie mais derrière des traces de fatigue ressentie à Lausanne et déjà en trottinant le long du Greifensee. Il fait chaud, peu de vent, pas un nuage. L'eau est à 25 degrés, ce sera pour une fois sans néoprène. Je propose à Daniel de partir assez devant, pour éviter des bouchons. Sur le ponton les gens nous demande de passer devant en nous reconnaissant plus ou moins. On se retrouve à partir dans la deuxième vague, avec un autre excellent nageur.

Départ, descente d'escaliers jusqu'à l'eau et premiers coups de bras. Très vite on reprend les 4 partis devant et c'est à notre tour de faire la trace parmi les bateaux ammarrés (décidemment Uster n'arrivera jamais à les déplacer juste pour un jour de course). Ensuite Reiny Brown, parti avec nous, me dépasse et d'une traîte rejoint puis dépose Daniel ! Il avance vite.

Moi je me sens moyennement bien, ça glisse mais manque peut-être un peu de cadence. Je me ferais reprendre par Guillaume Wicht sur la fin du premier tour. Sortie à l'Australienne et replongeon pour un deuxième tour (si c'est sympa lors d'un normal ça fait bizarre avec des départs échelonnés où des gens partent alors qu'on attaque le deuxième tour).

Sortie de l'eau, transition et départ vélo en 4e position (enfin c'est mon impression mais à nouveau en contre-la-montre c'est impossible à dire). Si je pars fort, Guillaume devant me distance tout de même, et Daniel et Reiny sont hors de vue. Un peu dur à assumer, mais il me semble bien tirer et la moyenne à plus de 40km/h est bien là. Au passage au début du deuxième tour un autre me reprend, je suis parfois un peu coincé par des voitures. Je préférais le parcours précédent pour être honnête, avec une montée sur Forch qui laissait plus la place pour faire des écarts que deux tours 100% plats et assez bondés de vélos et voitures. M'enfin reste plus qu'à tirer jusqu'au km 35 et se préparer pour une course rapide je me dis.

Seulement voilà, en entrant dans Fällanden, 30.1km au compteur, je suis en train de dépasser lorsqu'un concurrent fait un écart. Et puis tout se passe très vite, pas vraiment le temps de réaliser que je me vois coincé entre une voiture en face et le vélo à ma droite, tape un trou dans la route, tombe en avant avec le ventre sur le guidon, et avant de me rendre compte de quoi que ce soit je suis à faire un roulé-boulé sur la route. De 41.8km/h à zéro en une fraction de seconde.

Je reprends mon vélo, un concurrent m'apporte ma visière du casque qui s'est détachée, je me tire de côté, une dame en voiture me demande si ça va. Oui je crois tout va bien. Reste à vérifier si le vélo tourne et repartir. Enfin presque: des samaritains d'une fête du village débarquent et insistent pour désinfecter puis bander mes plaies sur le dos et la hanche. Puis c'est au tour d'une moto d'arbitre d'arriver et demander de vérifier que je soit conscient, capable de suivre les doigts avec les yeux, etc. Moi j'ai la tête un peu ailleurs, à essayer de comprendre ce qui s'est passé. Me semble que le nombre de vélos diminuent quand enfin ils me laissent repartir. Je suis entourés de femmes parties vingt minutes après (mais ce dont je me doutais pas alors avec un tour en moins que moi), et je finis à leur rythme en pensant à courir pour changer mes idées.

Départ rapide, un peu frustré surement, et après un petit kilomètre je me rends compte que leur bandage compressif autour de la poitrine va pas me simplifier la tâche: impossible de respirer par cette chaleur. Tant pis, ça sera mon footing décompressif. De quoi voir Daniel reprendre la tête à Guillaume dans un dernier kilomètre de folie (3'15), pour aller assurer la victoire au circuit avec le maximum de 7000pts ! Moi il me reste 5km, à dépasser en continu, avant de rejoindre la ligne.

Daniel, Stefano (collègue du TV Oerlikon) et Jean-Claude à l'arrivée

Petit à petit les douleurs remontent ensuite, avec la peau du dos râpé qui tire, un hanche gauche meurtrie et quelques courbatures dues au choc. Rien de trop grave, ça ira mieux la prochaine fois.

Une victoire de plus pour Daniel, décidemment inarrêtable en 2016



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Magnifique doublé au tri de Lausanne!Seelandtriathlon→