Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Victoire sur circuit

Après notre premier objectif passé avec succès à Rapperswil sur semi, nous avions au programme ce weekend un olympique à Zug qui compte pour le circuit Suisse. Si la priorité n'a toutefois pas été placée aussi haute, l'envie de bien faire est toujours là. Les entraînements se sont bien enchaînés après Rapperswil avec pas moins de 5 courses à pied dans la semaine qui a suivi avec 6x4' le vendredi où je me sentais en pleine forme. Rebelote la semaine dernière avec un 5x1600 sur piste et 12x90" de montées le vendredi. Si bien que samedi j'ai mal aux fessiers en m’asseyant sur les marches en pierre à regarder passer les pros (la course que nous faisions d'habitude le samedi soir). En ai-je fait un peu trop? peut-être, mais ça ne veut pas dire qu'en course ça ne passera pas quand même, et de toute façon rien ne sert de douter maintenant.

Zytturm 2016: délégation Rushteam
Délégation Rushteam du samedi soir pour supporter Léa.

Après avoir fait les spectateurs, l'heure est déjà bien tardive quand nous prenons à vélo le chemin de Baar pour loger chez nos amis (et organisateurs) du triathlon de Zug. Une bonne rincée nous surprend en chemin et fera que nos habits et chaussures seront encore mouillés le lendemain au réveil mais avant cela la soirée s'anime en discussion autour d'un bon repas. Sport, militaire, Euro, tout y passe même s'il nous faut rejoindre le lit pas trop tard comme le départ est à 8h15 déjà le dimanche matin.

Même plan que d'habitude

Petit quart d'heure de vélo pour nous rendre sur place, retrouvailles depuis la veille avec David et échauffement en commun pour notre départ plus avancé que celui d'Estelle, Cendrine et P-A. Tout roule avec l'habitude, pas de quoi s'inquiéter et le temps semble même plutôt favorable pour éviter la pluie et les glissades à vélo comme sur les pavés (souvenirs, souvenirs...). Quelques vélos contre-la-montre attirent toujours les regards, mais on a fini par s'y habituer et ne plus avoir peur à force de voir toutes ces personnes qui ne savent pas emmener de roue pleine ;-) Beaucoup de salutations et discussions aussi dans la zone de change, on connaît bien du monde maintenant sur ce circuit et les jumeaux Besse ne passent certainement pas inaperçus non plus...

Une course est toujours plus facile avec un plan dirait Philip. Et bien, le mien ressemble de plus en plus souvent à la même chose me semble-t-il: nager à fond et en tête si possible. Aujourd'hui, il risque d'y avoir Sven Anderlind pour me tirer. Sortir dans le premier groupe en tous cas. Ensuite faire un bon vélo, au sentiment peut-être ne pas trop forcer les 8-10 premiers kilomètres et les 5 derniers mais sinon ne laisser revenir aucun drafteur (ach, seul défaut de Zug...). Et ensuite, sous les 35 minutes à pied. Niveau place on verra ce que ça donnera mais ça doit faire pas si mal et en temps moins de 1h57 je pense.

Natation en tête

Départ assez bizarre pour une fois à Zug avec du monde un peu partout et pas vraiment de ligne de départ. Voyant cela, nous décidons avec Jean-Claude et David de partir de la droite, droit sous le starter, notre hôte Peter; le chemin semblant plus court jusqu'à la première bouée. A une minute du départ, je réalise que je n'ai pas allumé ma montre et celle-ci ne prendra dès lors plus le GPS en étant déjà bien cachée dans l'eau. Tant pis pour Strava... mais de toute façon ça ne changera rien vu que je ne la regarde pas en nageant !

Pan, c'est parti. Quelques personnes sont devant nous en ayant triché un peu sur le coup mais celles-ci sont vite dépassées. A ma droite un petit groupe est encore à ma hauteur tandis qu'à ma gauche le champ me semble bien vide. Après triple vérification, j'ai l'impression de bien viser la bouée et ne me rapproche donc pas du groupe. Passage à la première bouée en tête, je glisse bien mais ai plus de peine qu'à Rapperswil à m'orienter avec beaucoup moins de bouées et un canoë qui navigue gauche-droite devant à la place de rester en ligne. Sur le retour, je pars trop à droite d'ailleurs et un concurrent en profite pour rejoindre mes bulles. Je garde le lead malgré tout et resterait devant jusqu'à la dernière bouée, où celui-ci fait le forcing pour revenir à ma hauteur.

Transition à revoir mais super vélo

Sortie à égalité donc avec ce junior qui a déjà fait la course pro de la vieille. 16'30 pour 1500m selon le speaker, les distances sont toujours autant approximatives. Mon camarade court comme une gazelle en zone de change (ah ces pros!) mais je suis de près; j'ai été pro aussi n'est-ce pas? Enfin, heu, je retire tout de suite ce que j'ai dit et j'espère que peu de monde était en bout de zone de change pour voir mon cafouillage à essayer de monter sur un vélo. Déjà qu'à Rapperswil c'était pas terrible, là c'était lamentable. A revoir, et sérieusement!

Zytturm 2016: départ vélo
Départ vélo à travers les pavés du centre-ville de Zug.

Bref, c'est parti tout de même. Je garde le junior en point de mire sur un petit kilomètre et deux options se présentent à moi alors. Le laisser faire le job et rester tranquille à 10 mètres ou alors le passer et appuyer sérieusement sur les pédales. Un petit coup de boisson et après un petit kilomètre de selle me voilà décider pour la seconde option pour éviter un retour par l'arrière; mes jambes se répondent bien de toute façon, c'est le moment de garder plus que la moto en point de mire et un oeil sur le watts pour ne pas se griller mais garder toujours et encore un output constant même en descente si possible (là où j'ai beaucoup perdu à Rapperswil, même si sur semi je pense que se reposer valait parfois la peine).

Plus aucun regard en arrière depuis là. Je fais ma course avec la peur parfois de voir un groupe me revenir dessus sur la fin du tour comme sur sprint l'année passée. Les kilomètres défilent et les rares montées me semblent moins raides que d'habitude. A force de dépasser les groupes du sprint et une ou deux voitures, me voilà déjà à la dernière descente à décider de prendre mon gel un peu plus tard pour rester encore sur les barres en position. Je ne les aurais quasiment pas quittées de ce tour de lac, pensant un moment à David qui me parlait d'un tour en rouleau avec paysage réel plutôt que virtuel.

 

"Footing rythmé"

La course est pour moi maintenant. J'entends juste maman m’encourager en descendant du vélo. Je prends les pavés relativement tranquillement et ils me font mal aux pieds. Une fois sur le goudron, je retrouve mon aise, pose ce vélo en douceur et enfile mes chaussures. Un petit coup pour ouvrir ma tri-fonction en courant dans la zone et c'est parti pour un 10 kilomètres sur les mêmes chapeaux de roue qu'à Rapperswil. Ca doit être un rythme que j'apprécie, en espérant que ça passe sur 10 kilomètres pas comme sur les escaliers de deux semaines en arrière. Je n'ai vu personne avec moi mais ne sait pas vraiment mon avance et pense alors à regarder devant et faire ma course plutôt que me retourner même si j'ai plutôt un bon pressentiment.

La température est agréable et après avoir bien bu sur le vélo, je saute allègrement la majorité des ravitaillements à mon rythme soutenu de 3'35 puis 3'30/km. Pas de soucis pour l'instant, je suis le vélo comme je suivais la moto à vélo, beau sentiment.

2km, 3km, puis 4km, toujours régulier et je me sens à merveille. Il me semble entendre quelqu'un demander en Suisse-allemand au vélo-ouvreur où est le deuxième et celui-ci répondre n'avoir aucune idée. Au quart de tour sur la route pour prendre le chemin du retour, je jette un coup d’œil pour être sûr et il ne semble en effet y avoir personne à vue. Pas question de changer mon rythme pour autant, une crampe ou un autre problème est si vite arriver me dis-je et le cerveau se laisse facilement duper ainsi.

Passage au bord du ruisseau, je commence à être de plus en plus confiant et un regard à la montre (pour la deuxième fois seulement depuis le début de cette càp) le confirme: je suis plutôt autour des 3'20-3'25/km, soit encore plus rapide qu'avant. A 7km, je remets encore un petit coup en rejoignant les concurrents du sprint avant de très légèrement ralentir sur le dernier kilomètre (au sentiment en tous cas) pour esquisser un sourire de satisfaction (pas mon fort en compétition...). Ce qui est resté dans mon esprit un footing très rythmé se solde en un formidable 34'30 sur 10km et une belle victoire.

Zytturm 2016: finish cap
Finish et satisfaction d'une course presque parfaite.

Victoire sur circuit pour la première fois! Tellement content, quel début de saison formidable! Juste dommage que Jean-Claude ait eu un petit coup de mou en milieu de cap qui lui a coûté la deuxième place.

Et surtout, quelles sensations ces derniers temps. Pour la première fois, un olympique m'a paru court et j'ai eu l'impression d'avoir de la marge niveau préparation. Espérons que cela continue.

Zytturm 2016: podium
Podium: Daniel 1er et Jean-Claude 3e.



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←IM 70.3 RappiI didn’t feel the fairytale feeling→