Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Un TDFO puissant

Après une relative baisse d'entraînements ayant suivi le camp de Porrentruy, il était temps de remettre une couche sur quelques jours à l'occasion de la sortie annuelle du Rushteam: le TDFO. Si le favori est clair cette année (Daniel), derrière je pensais éventuellement devoir défendre ma position face à Philip sur un parcours favorisant plutôt le contre-la-montre final. J'avertis tout de même Daniel que des écarts sont faisables le samedi malgré une arrivée éloignée des difficultés, en tenant compte d'un peloton assez modeste en taille. Deux équipes sont formées, et je me retrouve en tête de la "Rushteam", qui perdra tout espoir avec l'abandon précoce de Philip sur blessure avant même le départ.

Prologue Echandens

Vendredi soir petit prologue en CLM sur Echandens. Juste de quoi se mettre dans le rouge quelques minutes, mais pas suffisant pour faire des écarts. Je me sens vraiment bien, posé sur les barres. Je donne gentiment ce que j'ai dans les jambes et ça répond plutôt bien. Après un dernier virage très prudent une forte relance que j'arrive à maintenir comme sprint final. Mes sensations se confirment, puisque je récupère le maillot jaune pour 10s devant Daniel !

À l'analyse des chronos/puissances il semblerait que je reprenne surtout du temps à Daniel dans le dernier tronçon, alors que j'en prends continuellement à David F. qui termine avec le 3e temps. Par rapport à l'an passé les records ne sont pas battus, mais dur de savoir si c'est les conditions, la gestion, le positionnement ou autre chose.

Données de puissance du prologue que je gagne devant Daniel et David.

Etape de montagne Bussigny-Molard-Mollendruz-Bussigny

Samedi matin j'enfile donc la pancarte pour l'étape de montagne, avec une équipe Eitzinger bien décidée à me le faire payer. Prédictions d'avant course : potentielles attaques dans le Molard mais passage groupé à L'Isle, test FTP dans le Mollendruz et on finira comme on pourra. Dans la partie neutralisée le parcours est un peu modifié à cause de travaux puis d'envies du directeur de course. Le peloton reste groupé jusqu'au pied du Molard où je prends les devants pour appuyer un poil mais au train sans attaquer. Durant la montée ça ne me plaît pas trop de voir des gens se mettre en 4e file et couper les épingles à gauche, je me rabats et dès que je suis sur le bord droit de la route j'arrête de tirer. Faut dire que ça monte vite, et les esprits s'échauffent en voyant le passage du panneau s'approcher. Je commence à tirer la langue, mais parviens à faire l'effort pour ramener sur Daniel avant Burtigny. Matthieu et David F. attaquent et me voilà dans un petit groupe de quatre avec trois adversaires. Après quelques hésitations ils se décident à rouler au début de la descente, ce qui nous vaudra une petite frayeur dans le premier virage. Ensuite c'est facile toutefois et je suis donc bien dans les roues. Gilbert au prix d'un gros effort revient avec David B. sur la tête, mais Matthieu ne relâche rien pour autant. Je ne suis pas très à l'aise dans la descente de Saubraz, mais pas de quoi s'inquiéter.

Il me semble que Bonzon tire la langue, que Matt va payer ses efforts dans le Mollendruz, mais au lieu de se calmer ils relancent des attaques après Ballens. Je prends les commandements tranquille juste avant L'Isle et comme prévu durcis sérieusement le train dans le Mollendruz (enfin plus que prévu, mais c'est parce que je voulais absolument pas passer en groupe au sommet et voir des gens prendre les mêmes risques dans la descente qu'à Burtigny). Jusqu'à Mont-la-Ville tout va bien, j'ai plus que Daniel dans ma roue. Seulement ça devient dur, et à l'épingle les risques de ma stratégie ressorte: Daniel lance une attaque solide (j'étais à passé 600W en me faisant déposer), et s'envole seul prendre le maillot à pois et filer vers le jaune qui lui semblait promis. Je cale encore un peu sur la fin du Mollendruz, passe le sommet avec une minute de retard environ, perds du temps dans la descente (trop freiné et/ou trop fatigué pour tirer ? Probablement un peu des deux.). Après Cuarnens les jambes ne répondent plus, je me fais souffrance, mange un biberli, finis entièrement mon unique gourde (début de fringale peut-être). Puis sur la fin une belle crampe dans la cuisse gauche, je finis depuis la dernière rebosse quasi en roue libre.

Daniel avait passé 5 minutes à l'arrivée (ouf pas battu mon record du TDFO avec 6'40 sur une étape), mais derrière moi j'ai même pas 30s de marge sur Gilbert et les deux David qui me fondaient dessus !
À noter que ma prédiction avant course était bien meilleure que celle de Daniel, puisqu'il y a eu des écarts conséquents, que j'ai battu ma puissance sur 20min dans le Mollendruz d'après mon Edge (333W), et qu'un petit groupe est arrivé ensemble au pied à L'Isle.

Matthieu, Daniel, David Forchelet, Jean-Claude et David Bonzon à l'arrivée de l'étape du samedi.

Etape de plat Bussigny-Mathod-Chamblon

Dimanche l'étape est sensée être facile, mais le TDFO étant ce qu'il est, le peloton s'agite dès la sortie de Cossonay et la déneutralisation pour partir en échappées consécutives. Alors il s'agira de prendre la chasse, de revenir, de voir qui veut rouler, de ne pas se faire surprendre par l'attaque suivante. Matthieu et Lamard tentent leurs chances souvent, mais Daniel, Forchelet, Vincent et Giorgio s'y mettront aussi. J'aurai pu conserver plus de forces pour l'après-midi, mais sur un TDFO à 4 étapes seulement, ça me ferait mal au coeur d'en laisser une sans rien jouer. La dernière échappée (et la plus longue) par Matthieu sera comblée à Mathod, bien que les écarts n'aient jamais dépassés la trentaine de secondes.

Attaque de la montée finale sur Chamblon avec de gauche à droite Gilbert, Giorgio, Matthieu, Jean-Claude, David Bonzon, David Lamard et Daniel.


D'ici là reste plus que la montée finale sur Chamblon. Bonzon est bien placé mais se trompe entre photographes et ligne d'arrivée et je peux gagner le sprint qui suivra juste devant Daniel. Il fait faim, un peu froid, les jambes sont lourdes, et la pluie menace malgré les prévisions optimistes de Philip.

CLM final

Reste plus qu'à rentrer, via le contre-la-montre final traditionnel. A peine parti que j'ai les cuisses douloureuses et de la peine à trouver un bon rythme. Je me force un peu à me placer correctement et rouler sans me mettre dans le rouge non plus trop vite. Mon écart sur Bonzon semble se retrécir tout gentiment. Passé Bavois Daniel me dépasse et on reprend Forchelet aux prises à des soucis mécaniques quasi au même moment. A la traversée de la Sarraz je vois Daniel reprendre Bonzon également, alors que pour ma part je n'arrive plus à réduire l'écart. Je lui reviendrai dessus vers Cossonay, après qu'il se soit trompé dans le giratoire. Seulement la pluie me crispe énormément dans la descente et je laisse donc de précieuses secondes filer en me crispant sur mon vélo, n'osant plus tirer sur les barres, et freinant bien plus que nécessaire.
La fatigue du matin combinée à la crispation due à la pluie me font perdre beaucoup de temps sur Daniel, mais je conserve toutefois ma deuxième place assez largement.

Daniel (maillot jaune) en plein dépassement de Jean-Claude (maillot à pois) sur le clm final.

Shoot-outs

Quelques performances marquantes du week-end :
- mon prologue super bien placé et exécuté.
- Gilbert qui ramène seul les poursuivants sur la tête où 3 personnes se relayaient avant Gimel.
- Les attaques franches de Daniel au Mollendruz et avant Orbe (décidemment bien en forme).
- Les échappées sans relâche de Matthieu et Lamard.
- Le retour de Joël sur un peloton bien nerveux après une pause pipi (!).
- Les clm finaux de Daniel, Joël et Bonzon.
 



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←20km LausanneSOLA Staffette→