Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

20km Lausanne

Samedi nous avons participé aux 20km de Lausanne pour la 2e fois. Après une année 2014 mitigée, étant moi-même malade et Daniel sous-entraîné à cause de l'armée, nous avions à coeur de progresser à la maison. La distance nous est aussi plus facile désormais, puisqu'on s'entraîne plus fréquemment sur du long. Pour ma part, j'approche la course avec une douleur au pied droite, due sûrement à un début de surcharge, avec quatre semaines à respectivement 19h, 17h et 2x10h alors que je tournais plutôt autour des 6h lors du service militaire. J'avais volontairement quatre jours de pause complète dans les deux dernières semaines pour permettre au corps de récupérer un peu.

Le Rushteam à l'échauffement.

L'objectif qu'on s'était fixé était de courir en 1h13 pour Daniel et 1h15 pour moi, avec une bonne gestion de course (ça correspond à du 3'40-45/km, ou un peu plus de 16km/h), sachant que le parcours se corse avec la montée vers la moitié du parcours. Sur place on retrouve les collègues du Rushteam pour un petit échauffement en commun d'une vingtaine de minutes. Dominic annonce qu'il va me suivre au départ (je me dis que vu le camp de Porrentruy il devrait être limite meilleur que moi, j'étais étonné de lui avoir mis deux minutes à Payerne). Sur la ligne de départ on chatte avec un certain Wilson Kipketer (ex-recordman et triple champion du monde du 800m) qui nous pousse tout à l'avant. Super sympa, impossible de stresser du coup...

Daniel à 1km, déja tout seul dans son effort. (Jean-Claude est dans le groupe derrière la moto rouge, en orange tout à droite de l'image.)

Une fois le coup de fusil donné je laisse les gens partir et me mets plutôt dans les pieds de Laura Hrebec (qui finit juste derrière moi à Payerne) et Daniel Bouzon que je connais pour leurs qualité de gestion. Daniel se détache très vite (j'espère qu'il se grille pas comme à Kerzers) et se retrouve esseulé entre les premiers (éthiopiens plus Zouhair) et le peloton entourant les meilleures dames. Premier kilomètre sous les 3'20, passage au 2e en environ 6'43 tout va bien mais faut être facile en arrivant au sommet de Denantou. Dominic me rejoins et essaie de me faire causette (seulement moi en course je dis jamais rien alors c'est raté). Il partira au kilomètre 3 dans les pieds de Daniel Bouzon, moi je reste avec Laura jusqu'au pied de la montée. Là je produis un petit effort et puis me retrouve avec un-deux coureurs qui m'accompagneront toute la course. Le temps au 5e km et de 17'42 sauf erreur, soit bien dans les plans (17'30 c'est du rythme de 3'30/km, ou 1h10 à l'arrivée). La pluie s'intensifie gentiment mais je suis vraiment à l'aise.

Jean-Claude à 1km, bien caché dans le groupe des premières dames.

Après la Maladière, remontée sur la place Milan, je gère très bien, et arrête de regarder la montre, désormais c'est au feeling. Plein de gens encouragent c'est sympa, même si je reconnais pas la moitié et ne fais pas de signe (merci quand même!). Derrière la bosse de Marc-Dufour pour passer sur les voies puis de Tivoli me casse un peu les pattes, mais je retrouve un bon rythme en m'accrochant à un concurrent qui me dépasse. Km 10, 35'51, rien à signaler, ça fait du 1h12 à l'arrivée à ce tempo (et Daniel est toujours hors de portée, ie il est dans les temps pour un sub1h10!!). Dire qu'à Payerne sur du plat je courrais à peine plus vite, ça va beaucoup mieux.

Dans la ville l'ambiance est géniale, et ça facilite les passages plus ardus de la rue de Bourg, de la Caté et du Château. Je me dis pouvoir désormais forcer le rythme, plus que de la descente qui m'attend. Malheureusement des les premiers pas en descente le pied se fais sentir. Je reste donc encore dans mon tempo de 3'40 où je me sens bien, et produis plutôt mes efforts dans les portions plates. Au passage du 15e km en 54'45 je suis toujours dans les bonnes allures. La descente de Tivoli et de la Vallée de la Jeunesse seront rudes pour les articulations, je m'efforce à me décontracter sans m'occuper du tempo.

Jean-Claude dans la descente de Tivoli, à 15km500.

Arrivé au fond je peux forcer pour la dernière boucle sur mes mollets qui avaient eu "la vie facile" jusqu'alors, juste après s'être fait rincé par un canon à neige utilisé comme brumisateur et que personne n'a pensé à éteindre alors que la pluie tombait en trombes. Je croise Daniel vers la fontaine du CIO, il aura tenu son pari de partir seul et gérer comme un champion. Je passe finalement la ligne en 1h12'10, soit 3 minutes après Daniel, mais super content quand même. Je suis 28e à l'arrivée (26e homme, 12e de la catégorie 20-29 ans), Daniel resp 11e (10e homme, 6e catégorie).



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Première course PRO de 2015: WallisellenTDFO→