Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Engadin Skimarathon

Dimanche passé Daniel et moi avons participé à l'Engadin Skimarathon, un marathon à ski de fond partant de Maloja pour rejoindre S-Chanf. Étant les deux au militaire vendredi (moi pour l'école de recrue et Daniel pour un jour de formation complémentaire), nous avons pu voyager ensemble en direction des Grisons. L'occasion de se rendre compte que si le trajet Zurich-Choire passe vite, il reste malgré tout un bout pour rejoindre Maloja. On y retrouve alors notre immeuble des vacances de Noël.

Samedi matin après un petit déjeuner en chambre quelques kilomètres de ski de fond sont au programme. On remarque que les premiers hectomètres sur le lac gelé tiennent plus d'une patinoire que d'une piste de neige, il faut par conséquent exercer l'équilibre ! Sinon les bâtons achetés le week-end précédent semblent bien convenir, mes fixations fraîchement réparées aussi. Le fart de la maison glisse pas trop mal, ce qui est plutôt bien car il nous est impossible de trouver le stand de fart officiel.

Nous rejoignons ensuite St-Moritz en bus pour aller chercher les dossards. Le village expo est bien rempli mais pas si grand qu'on pourrait s'attendre avec passé 12000 coureurs ! Pas grand chose d'intéressant si ce n'est que pour farter il faut payer min 55.- et revenir chercher les skis vers 19h. On décide de laisser tomber et miser sur mes qualités personnelles...

Après un dîner proche du village retour à la casa pour une sieste, un petit cappuccino vers le départ et préparer les affaires du lendemain (ie tout faire passer dans le sac de transport officiel pour ne pas devoir revenir après la course à Maloja. Pas facile avec un costard et des KS militaires !).

Dimanche on rejoint la zone de départ vers 7h15 (10h30 avant le départ). Il fait frais à attendre mais on s'attend à du chaud pendant la course. On rejoindra nos blocs avec un minimum d'échauffement et un mix de stress habituel pour une course mélangé à de l'inconnu qui nous fait beaucoup plus observer les habitudes des gens autour...

Les départs arrivent finalement et, participant pour la première fois, il nous faut attendre presque la moitié du peloton, assez inhabituel ! Enfin on court sur la neige, enfile les skis et top départ. Première bonne surprise je semble pas trop mal glisser (y'a quelques meilleurs autour mais plutôt dans les bons quand même). Et la neige est plus molle que le samedi, moins de problèmes d'équilibre.

Après un petit kilomètre, une motoneige dépasse toutes voiles dehors. 500m plus loin ils débarquent un défibrillateur pour aider un samaritain qui s'affaire à un massage cardiaque. Ça fait un peu bizarre mais comme déjà 4 personnes s'en occupe je poursuis mon effort.

Puis je retrouve Daniel et on se met en ligne derrière une petite file emmenée par une norvégienne courant le semi. Et déjà on rattrape les derniers du départ Élite C. Dès Sils ce sera donc beaucoup de slalom et notre belle file s'éparpille... Les kils défilent assez vite à mon goût. Je ralentis un poil le rythme pour ne pas me griller. Peu après je comprendrai que c'était une erreur: le chemin après Silvaplana se rétrécit et dans les montées on est à l'arrêt ou en file indienne mais impossible de dicter son propre tempo. En triathlon j'aurais difficilement supporté mais là l'esprit est différent et je prends mon mal en patience.

Vers le passage du village expo de St-Moritz je peux repasser quelques dizaines de personnes, avant de me retrouver coincé de nouveau. J'essaie de passer un peu en classique, puis dans la descente de pousser pour passer devant. Arrivés à Pontresina la moitié est derrière moi en 1h10. Je prends une gorgée de thé et me réjouis de pouvoir skier à nouveau à mon rythme. Mais après 1km arrêt complet au pied d'un mur. L'occasion de revoir Daniel quelques rangs devant. Il doit y avoir grand max 1 minute entre nous.

Vers Samedan je reprends les dépassements, content de ma glisse, ainsi que de me retrouver entouré de dossards oranges (bloc Élite C) plutôt que verts (Hauptklasse A, notre bloc).

Après La Punt je fatigue quand même et me fait reprendre par de meilleurs glisseurs. Les quelques montées vers la fin m'achèvent avant l'arrivée, que je passe satisfait de la journée en 2h16 (le chrono m'importait peu mais le samedi j'avais prédit à Daniel environ 2h15!). Je retrouve Daniel arrivé quelques deux minutes plus tôt.

On enfile nos habits (pour ma part direct la tenue A pour la caserne), retrouve quelques connaissances (mon coach d'Andermatt qui a joué la gagne en 1h35, David Bill qui finit en 1h49 et Nina Derron en 2h29), mange sur le pouce puis embarque sur le chemin du retour avec plein de nouvelles expériences dans les yeux !



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Andermatt et 10km PayernePremière course PRO de 2015: Wallisellen→