Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Semi-Marathon d'Amsterdam

Cette année la reprise à été plutôt intensive. Après le triathlon de Morat et deux semaines de pause méritée, je suis parti pour Londres revoir les amis d'études de 2012-2013. J'y ai repris les entraînements de course à pied, et même plus que prévu en rejoignant mes collègues du club de course d'Imperial. Tout semblait donc pour le mieux afin de préparer la première échéance arrivant vite: le semi d'Amsterdam avec le Rushteam.

Seulement la deuxième semaine intensive fut certainement un peu trop long, trop vite après la pause et le genou gauche s'est plaint lors de notre footing samedi passé (le 11). Quelques jours de repos, un peu de pommade anti-inflammatoire et je réessaie de courir un poil le mardi, sans grand succès. Donc semaine très light m'amenant au semi avec beaucoup de doutes.

Une partie du groupe à l'expo... (De gauche à droite en haut: Benoît, Jean-Claude, Hervé, Pierre-André et Dominique. Milieu: Matteo, Cendrine et Julio. En bas: Carmen, Valérie et Françoise)

Le vendredi on décolle de Genève pour Amsterdam, et profite de se ballader un peu avant de manger. Samedi c'est visite de l'expo, récolte des dossards, ballades et visites en ville, etc. Depuis 3-4 jours le genou va mieux et je peux envisager mon objectif de 1h16, voire 1h15 si tout va super bien (et sous les 1h20 de toute façon). Dimanche je regarde les premiers km du marathon, avant de me préparer pour ma course. Et sur quelques foulées avant le départ je ressent une petite gêne dans le genou, aille c'est pas bon signe !

Bref je me mets sur la ligne en oubliant tout objectif et me demandant plutôt si j'arriverai au bout. Une fois le coup de pistolet donné, je prends un petit rythme pas trop rapide pour m'économiser un peu. Je regarde la montre seulement vers le 2e km lorsque je commence à dépasser quelques personnes: juste dans les 3:30/km, soit un poil moins de 1h15, bonne allure. Niveau genou c'est ok, je le ressens mais du côté positif ça ne s'empire pas et c'est pas au point de faire mal. Je remonte alors des concurrents partis trop vite, et ce jusque vers le 7e km.

Dans les km 7-12 environ je suis dans un petit groupe qui avance bien. Mais il va exploser ensuite avec l'accélération de 2 coureurs et un autre que je lâcherai. Puis c'est à mon tour de câler gentiment lorsque vers le 13e on attaque le retour vent de face. Je me mets alors dans un groupe de 5. En regardant la montre au km15 je sens bien que 1h15 c'est pas faisable, 1h16 peut-être. Mais le vent est usant et à force de slalomer dans les derniers kilomètres les concurrents du marathon qu'on doit dépasser sur des routes relativement étroites je perds mon groupe (et mon allure) pour passer la ligne en 1h17:20 officiellement.

Je suis content de ma gestion de course, et de mon temps au vu de la préparation inhabituelle. Mais sur la ligne c'est plutôt le genou qui m'inquiète, car après avoir cessé de courir la douleur s'intensifie. On se retrouve petit à petit avec le groupe, je profite d'un massage avant d'aller se ravitailler au resto.

Lundi c'était visite de la ville, puis retour en avion à la maison. La prochaine étape c'est le quart dimanche, j'espère que mon genou se rétablira vite!

1 commentaire
Le chapeau traditionnel sied très bien à PA ! ahahah !
par nibel64 le 21-10-2014 à 16:45


Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←virKlon man sprint: nouvelles trifonctions pour 2015PR sur 10km au marathon de Lausanne→