Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

TDFO

Genou quand tu me tiens

Le lendemain de Stettfurt, satisfait de voir ma forme revenir et ayant congé pour cause de coupure de courant dans le labo, je décide de faire une journée « triathlon », avec au programme mes 4km de natation habituels le matin, suivis de 50km vélo sans forcer et enfin le soir une série sur stade en course à pied. Je me sens vraiment bien à vélo (même mieux que la veille de Stettfurt, ce qui est inhabituel pour une course). A pied la fatigue se fait sentir sur la fin de la série (2x le bloc 300-500-1000-500-300), mais j’arrive à tout tourner en un rythme compris entre 3’ et 3’20/km.

Le soir toutefois une légère douleur dans le genou gauche, je mets un peu de glace et décide malgré tout de ne pas changer ma décision de partir courir tôt le mardi matin. Mal m’en a pris : la douleur s’intensifie. J’arrête donc de courir les jours suivants, mais l’intérieur du genou me tire désormais même lors du spinning le mercredi soir. Je nage donc à la place, là pas de soucis.

Le week-end on roule avec Daniel quelques bouts des étapes du TDFO (objetif maillot jaune oblige ;). J’arrive même à imposer une natation à Morges pour l’ouverture de la piscine le dimanche. Une eau à 24°, la piscine presque pour nous (en tout cas large 1-2 lignes par personne), que demander de plus ? Ah oui, peut-être que la météo tienne… on finira par sortir de l’eau après 2.6km sous la grêle ! (Je suis d’un côté heureux qu’après tant d’années de triathlon il y ait toujours des premières. A vélo et à pied ça m’était déjà arrivé, mais pas en nageant.)

De retour à Zurich la semaine sera courte en entraînements. Je passe principalement mon temps dans le labo à m’occuper de mon projet de semestre. Le jeudi soir je rentre déjà pour le TDFO qui débute le lendemain.

TDFO Etape 1

L'équipe Popeye I au départ vendredi.

Le vendredi soir presque une trentaine de Rushtistes se retrouvent sur le parking de Bavois pour le briefing de la première étape, accueillis en grande pompe par les organisateurs en costard avec coupé BMW ! (j’en profite pour les remercier direct, super boulot sur les trois jours !) Bourrasques de vent, faudra être un poil prudent. Premier tour de Bavois neutralisé (avec plein de terre qui se soulève des champs environnants), PA fait une échappée sans le vouloir. Du côté Popeye on arrive à calmer Matthieu qui rêvait d’une échappée km0. Montée sur Suchy au train, emmenés par Joël. Dans la redescente personne n’est motivé à tirer vent de face, ça se jouera donc plus tard et revient par l’arrière. Simili-attaque dans la descente mais pas vraiment, et puis les tours chauffes derrière Yverdon vers Pomy. Je suis surveillé par Phil, laisse donc partir Daniel et Matthieu avec Chauncey comme prévu (apparemment comme prévu par Phil aussi mais c’est un hasard des jeux d’équipe).

Vers le GPM Chauncey se fait distancer et derrière la Rushteam se décide à rouler. Vers Donneloye l’écart est de 1’30 et je prépare une attaque sèche dans l’objectif de faire la jonction pile au sommet de la bosse. Ça marche tiptop et on peut rouler à trois. Seulement Daniel et Matthieu sont plus fatigués que moi et je leur propose donc de prendre des relais plus courts. La montée sur Bercher est plus pénible pour eux et ensuite vers Pailly je décide de partir seul, à fond sur les 14 derniers km (heureusement vent de dos).

A l’arrivée le plan a fonctionné presque parfaitement (Daniel et Matthieu étaient censés m’accompagner jusqu’à l’arrivée). Je gagne l’étape avec 1’27 sur eux deux et 3’ d’avance sur Phil, le ton est donné. Objectif : reprendre 3’ encore samedi, rester dans les roues dimanche matin et tout donner au clm.

TDFO Etape 2

Le samedi la stratégie reste la même : Daniel et Matthieu doivent s’échapper vers Bière et je les rejoints au sommet du Marchairuz. Seulement cette fois-ci Philip est au courant…

Départ de Montricher avec les maillots jaune et à pois (ie moi et Daniel respectivement) en tête dans la portion neutralisée. A Bussy on déneutralise mais rien ne bouge jusqu’à Lavigny. Montée de St-Livres au train, avec une petite attaque au GPM et puis tout le monde attend sagement dans ma roue (« rouler avec la pancarte »). Au virage sur Bière David s’échappe, je dois ramener le groupe et puis incompréhension je comprends que je dois lancer le sprint pour Matthieu (alors qu’avec Daniel ils voulaient juste un rythme plus élevé pour éviter les échappées…). Je m’écarte donc assez tôt et laisse un long travail à Daniel, mais Matthieu parvient à dominer le sprint tout de même. Ça me vaudra une remarque de Chauncey : « à la Lance Armstrong, le maillot jaune va chercher les échappées et prépare les sprints des coéquipiers ! ».

Traversée de Bière dans le calme, en blaguant sur les militaires de la caserne avoisinante. Giorgio tente une échappée interrompue par un feu de travaux. Dans la descente ça se lance gentiment, et la remontée de Saubraz est bien rapide. Daniel s’échappe comme prévu, avec Chauncey qui contre et Joël intercalé. Matthieu aimerait bien suivre mais Philip surveille trop et c’est impossible sans ramener tout le monde. On roule donc groupé dans Gimel, et perd de vue les échappées.

Dans les prémices du Marchairuz le rythme est trop lent à mon goût mais je ne veux pas ramener tout le groupe sur Daniel devant trop tôt. Seulement ça m’embête d’emmener des David, Gregory, Stéphane etc avec. Donc lorsque Phil annonce gaiement : « L’air de rien 300W tout de même » je mets une petite accel qui lui fera regretter : « j’aurai mieux fait de me taire ». Plus que Matthieu mais il tire la langue. Phil l’a noté aussi et quand je baisse le train c’est lui qui continue la cadence soutenue.

On aperçoit ensuite les groupes devant (lors du changement de gourdes à mi-montée) : 50s seulement ! J’attends donc le dernier kilomètre et demi pour dépasser tout le monde et passer le sommet juste dans la roue de Daniel. « Comme tu le sens, soit on attaque soit on attend ». On décide d’attaquer au fond après une descente sans trop de risques. Ça ira jusqu’au Sentier où on se perd dans une déviation et se retrouve tous dans des escaliers menant sur un marché ! Groupe reformé avec Phil, Chauncey, Joël et nous deux.

L’allure ralentit considérablement. On rate le sprint du Lieu avant que Gilbert et Anton nous dépassent et annoncent un sprint vers les Charbonnières. Daniel me demande si je suis prêt. Naïvement je pense protéger les points à Matthieu avant de comprendre qu’il veut en fait attaquer. Pas une mauvaise idée on arrive à distancer Phil et Joël, Chauncey attend son leader (qui est crevé…). Je laisse encore Daniel faire la descente dont j’avais plutôt un mauvais souvenir, mais sans raison. On arrive bien vite à Vallorbe.

Ensuite je lâche presque Daniel, l’attend un peu estimant qu’il est trop tôt pour partir seul. Il m’aide encore bien sur Premier et me laisse m’en aller ensuite. Juste au mauvais moment à mon avis car la difficulté se réduit jusqu’à Vaulion mais il était dans une mauvaise passe. Je pars donc solo, gros train le vent de dos. Plus durs seront les lacets au-dessus de Vaulion, à la limite de la crampe, avant de bien relancer pour rejoindre le sommet en tête, avec 6’ sur Daniel, suivi par Joël, Chauncey et Philip (7’ à 9’). Le TDFO est joué.

TDFO Etape 3

L’étape qui devrait être tranquille sauf si…

Tour neutralisé peinard depuis Ecublens sur Cottens puis La Chaux. Matthieu planifie une attaque au 2e sprint. Devant Benoît met le feu aux poudres avec Cynthia. En dernière position du peloton je blague avec Cendrine avant de décider de remettre un peu d’ordre. Je remonte presque tout le monde et laisse juste David et Grégory à 30m. Et puis… Matthieu prend peur pour ses points, Stef décide de s’échapper, PA joue au chasse-patate, avec Cédric on décide de dire à Daniel de pas rouler pour laisser Matthieu dans ses plans. Bref le peloton « jaune » fait son chemin mollo jusqu’à Mathod. Ensuite moi je me sens pas super (le genou notamment), Philip tire un peu la montée sur Baulmes. Et derrière le pauvre Joël se retrouve à nous emmener seul (les Popeye ne roulant pas à cause de Matthieu à l’avant, Philip se reposant pour le clm, Chauncey pas trop décidé jusque vers la Sarraz).

Dur d’estimer des écarts, on nous annonce 3’30 aux Clées, puis 4’25 à Ferreyres. Sur la fin on roule mieux avec Chauncey qui passe des relais aussi. Je dis à Daniel que ça me démange d’aider mais on doit jouer la stratégie jusqu’au bout. Gilbert nous arrête 20s au feu de Cuarnens (« Vous avez eu feu rouge ? » « Non vert » « Alors stop ! 20s d’arrêt, les autres ont dû s’arrêter »). On se fait un sprint à l’arrivée avec Daniel (pas facile en TT). Matthieu remporte l’étape avec un peu plus de 3’ sur notre groupe, mais pas de changements notables au classement.

Longue attente au soleil, à blaguer sur tout et n’importe quoi, en préparant gentiment le clm final.

Photo de groupe juste avant le CLM.

CLM final

Départ en dernier pour ma part, maillot jaune de leader oblige. Ce sera surtout comparer le temps par rapport à Philip qui m’intéresse.

Je me sens pas mal au départ, mieux que le matin en tout cas. Après Ballens j’ai l’impression de gigoter un peu sur la selle des fois (glisser en avant) et remarque que la butée du dérailleur est trop serrée (ça touche sur le 53x12 et 53x11). Peu importe on se concentre à maintenir un rythme élevé.

J’aperçois ensuite Daniel devant et remonte gentiment pour mieux le passer avant Chavannes-le-Veyron. Descente tranquille sur St-Denis et retour sur les barres vers la Chaux. Montée en danseuse, et on relance derrière (un peu tard peut-être ?). Marjorie nous encourage à Cossonay, quelques giratoires et hop longue descente vers Aclens. Je dépasse progressivement Joël, David, Chauncey et tire pour aller sur Bremblens. Presque fini ça passe vite !

Au final je bats officiellement Phil de 3s, avec plus de 3’ sur le 3e (Daniel). Bien joué, reste plus que les grillades chez Gilbert (merci pour l’accueil !). Super week-end (je me croyais en vacances), mais bien fatigués dans le train pour Zurich (en dormant à moitié sur nos sacs/vélos avec Matthieu…).



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←StettfurtDouble-O de Troyes→