Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Benidorm avec le Checkpoint Zugerland

Une fois n'est pas coutume (quoique les lecteurs fidèles se rappelleront Follonica en avril-mai 2011), j'ai rejoint un club de suisses-allemands pour un camp d'entraînement. Plus précisément nos amis du club de Zug. Daniel étant au militaire, il n'a pas pu venir, mais j'ai été accompagné par papa et maman pour ce camp, dont voici les détails approximativement jour après jour.

Jours 0 et 1 - le voyage

Oui, pour une fois je commence pas par 1 ! C'est qu'étant à Zurich et volant avec easyJet de Bâle il faut partir tôt le matin. Je prends donc le bus puis le train, l'esprit léger (d'avoir mes examens terminés) et la valise cabine aussi (j'avais - inutilement - refourgué le maximum dans la caisse vélo, la valise cabine pèse à peine 14.7kg sur les 20kg autorisés!), direction Horgen, où Tilla et ses parents m'attendent à la gare. Repas en commun et petite nuit avant de se mettre en route à 3h45. A l'aéroport on retrouve la plupart des participants, tous un peu grogis de la courte nuit mais excités de rejoindre le soleil du sud. Check-in sans problème et tout le monde est en route. Ayant réservé mon billet séparément je suis seul dans l'avion et lis donc mon livre sur Quantum Information. Une fois sur place on attend l'arrivée de Gianna et PA en provenance de Genève et le bus nous amène directement à l'hôtel pour prendre nos chambres, personnellement avec Josua et Thomas.

Une fois le vélo monté et un premier repas avalé, départ pour un petit tour à vélo légèrement vallonné, 1h40 pour 45km. Premier constat: le temps est juste assez beau pour rouler en court, les jambes se portent bien malgré 0km ou presque, et Benidorm est une ville relativement grande (ie. passablement de circulation et de grands carrefours avant de sortir dans l'arrière-pays. Le soir piscine en souplesse. Bonnes sensations mais dur de s'y repérer avec des drapeaux à des distances différentes du mur aux deux bouts, une eau trouble et surtout à l'ozone plutôt qu'au chlore (vive les crises de toux!).

Jours 2-3-4 - fraîcheur

Je me sens simplement bien, super en forme. Natation les matins à 8h et soir à 16h30 : mis à part quelques crises de toux lors des séries rapides (qui s'améliorent toutefois puisqu'on peut souvent ouvrir la porte et donner de l'air frais), je glisse bien et me sens vraiment à l'aise. Une série où on me demande de viser 1'45 et je nage en 1'30 persuadé d'avoir glandé tout du long (faut dire que 25m ça aide aussi, maintenant je me suis habitué au 50m). En général en glisse 13 tours de bras par bassins (je viens de réaliser que je nageait ça en néoprène à Follonica, je progresse encore!). Parfois un peu plus, jusqu'à 16 en sprint, une fois 11 en forçant la glisse. je tourne des séries de 200m en 2'30, toujours satisfait en natation. Dans ma ligne en général me suivent Tilla et Tanja, qui sont toutes les deux d'excellentes nageuses.

A vélo quelques jolis tours vallonnés dans l'arrière-pays avec les boys (Lars et Fabian - lorsque pas malades -, Dani, Josua et moi, parfois aussi PA). Deux trois belles montées, notamment sur Callosa puis Guadalest ou je suis toujours le rythme sans soucis. Sur les bouts plats je suis assez souvent devant, à tirer dans le vent. Le dimanche PA échauffe le groupe et Dani emmène fort sur Calp. Alors chacun en rajoute un couche en passant devant et c'est à une allure très soutenue que Josua nous emmène sur Benissa. Derrière je souffre pour la première fois, le manque de kilomètres se fait sentir. Les portions plates ou faux-plats descendants me conviennent mieux ensuite. On arrive juste à temps pour la natation le soir-là, que les autres du groupe (sauf PA évidemment) sautent allègrement.

Côté course deux petits footings, une fois 5km et une fois 10km. Ce n'est pas le point fort de ce camp, et avec mon pied gauche limite (il me fait mal en redevenant froid après) ça me dérange pas non plus.

Marco et Leana nous rejoignent le samedi, ainsi que les trois Derron le dimanche, pour un groupe de 17 personnes au complet la semaine suivante. 

Jour 5 - vent

Lundi, longue sortie vélo repoussé pour cause de mauvais temps et duathlon au programme. On rallie donc un grand parking d'un centre aquatique fermé en hiver pour entraîner des transitions. Malheureusement le vent souffle si fort qu'il est impossible de déposer les vélos, et dangereux d'attaquer des manœuvres comme enlever les chaussures en roulant pour les plus jeunes. Retour donc à l'hôtel et un nouveau 10km de footing en remplacement.

Jour 6 - repos

La moitié du camp est déjà arrivée, et avec ça le jour de repos. Trois petits kilomètres au programme le matin, pour être sûr que tout le monde se réveille (on est pas en vacances non plus). Ensuite le beach-volley prévu par beau temps est remplacé par une sortie shopping chez Zara avec les filles et une après-midi à l'hôtel, à jouer du billard et regarder un film. Bref boring day comme disent nos amis belges présents dans l'hôtel. L'occasion de faire un peu plus connaissance avec eux, enfin surtout Hannes qui vient le plus facilement vers nous. Un groupe de semi-pro sur ironman et semi, s'entraînant tous en individuel, avec notamment Frederik (van Lierde, champion du monde Ironman en titre!). L'occasion aussi de voir que l'hôtel, mis à part quelques groupes sportifs, se compose surtout à cette période de touristes allemands ou anglais qui passent leur après-midi au bar et à manger des pommes-frites, tous plus ronds que les autres...

Jour 7 - retour du beau temps

Un temps magnifique nous attend le mercredi. Bizarrement mon mollet gauche me tire en natation (après un jour de repos et peu de course!) le matin, mais ça passera assez vite. Un tour sur Sella avec les boys (dont Lars de retour de maladie), où l'on était censé rattraper les deux groupes devant nous, mais chacun a fait son propre circuit. Peu importe jolie montée à un bon rythme à nouveau. Un peu plus court que prévu pour les boys. Natation à nouveau le soir et petite bronzette sur la passerelle entre les deux ailes de l'hôtel. Il fait pour une fois assez chaud pour être en short même lorsque le soleil se couche.

Jour 8 - Duathlon

Enfin le duathlon se présente sous de bonnes conditions, après une pyramide le matin en natation 50-100-150-200-150-100-50 à un rythme de 1'16. Un parcours en solitaire de 3km vélo et 1km à pied à effectuer 3x chaque. Tout de suite le vélo part rapide et on se retrouve à 4 (Lars, Dani, Josua et moi) devant. Je pensais qu'on ferait la première càp plus tranquille pour rester plus ou moins en groupe mais rien n'y fait, Lars transitionne très vite et je dois alors produire un petit effort pour rattraper. Je ne force pas à pied pour ne pas lâcher plus de monde. Juste une petite accélération avant la transition me permet de prendre la tête et de tirer tout le vélo devant. A pied cette fois je perds un poil moins de temps (bien que je n'aie pas les bons lacets aux chaussures, mais Lars est toujours aussi impressionnant de rapidité). On reste les trois ensemble et je prends les devants sur le vélo aussi, sachant que je devrais gagner la course sans trop de problèmes. Lars attaque un peu le dernier bout avant la transition. Je remonte Dani rapidement, puis Lars au bout de 200m environ, et attaque le retour. Lars s'arrête presque, toujours pas en super forme apparemment. Dani termine deuxième. Ensuite vient une compétition par équipe. Je me retrouve avec Thomas, encore peu habitué aux transitions (mais on est là pour apprendre) et Fabian (qui arrêtera à la moitié en se faisant un peu mal à un doigt de pied, et pas très en forme non plus - malade sur la fin de camp), qui sera remplacer on the spot par Marco. On prend la deuxième place de ce relais par équipe.

De retour à l'hôtel le temps est knapp pour un tour à vélo, et je suis le seul motivé. 43km en solitaire à 30km/h de moyenne pour bien me fatiguer, en suant à grosses gouttes dans la montée (en short t-shirt, avec ironiquement un espagnol qui s'accroche dans ma roue, portant lui une écharpe, veste longue, pantalon d'hiver et sur-bottes néoprènes épaisses! C'est l'hiver là-bas.).

La natation sera plus difficile, et sur les exercices que je pensais pouvoir faire plus pépère, voilà que Tilla me rappelle gentiment à l'ordre en me tapotant dans les pieds dès que je faiblis l'allure. 3x100m progressif au programme, sûrement plus lent que la veille où j'avais tourné mes 5x100m en 1'14-11-10-07-05 (départ 2'). La fatigue se fait sentir...

Jour 9 - Der Pass

Long tour vélo au programme, et pas de natation le soir. Départ à 11h pour le même tour que dimanche, et une fois à Benissa (à nouveau emmené par Josua dans la montée, il doit bien l'aimer) on bifurque direction Parcent pour monter le col de Rates. On croise alors Peter et Gianna au téléphone, qui nous annoncent une chute de Tilla à vélo, heureusement sans trop de gravité (sauf pour le casque et vélo). Lars de retour en forme mène le dernier bout vers le sommet, j'ai personnellement quelques problèmes de vitesses (les trois plus petites ne passent pas, un peu embêtant le jour de col. Peter avait annoncé le matin pouvoir s'occuper des problèmes mécaniques mais chez moi ça en a plus causé que résolu...). Peu importe, je crois pas que ça aille changer grand chose. Longue attente au sommet sur le groupe des filles retardé et diminué par la chute, avant de se lancer dans une belle descente sur Callosa. Je parviens à convaincre Dani de m'accompagner sur Guadalest. Cette fois le manque de petites vitesses et d'eau se fait sentir. Je me tiens concentré sur sa roue arrière dans les trois derniers kilomètres de montée pour arriver satisfait au restaurant où on remplit nos bouteilles, et j'avale d'une traite mes 2 cookies, ma madeleine et un snickers. On repart et là c'est lui qui peine un peu, mais je lui rend la pareille en prenant un bon relais devant. On revient sur Benidorm dans la brume (pas de glace à la plage du coup), avec 115km au compteur pour 4h15 de vélo bien vallonné et rapide. Crevé.

Jour 10 - Dernier jour

Un dernier entraînement natation pour beaucoup le matin (le soir j'étais seul avec Tanja pour un peu de souplesse). Des séries de jeux/sprints par équipe au programme, remportées par mon équipe avec Julie, Olivia et Leana ! Ensuite 61km de vélo tous ensemble (enfin presque puisque des petits groupes se forment au fur et à mesure). Mais on redescend chercher tout le monde, et prend un coca en commun au sommet à Guadalest avant de retourner sur l'hôtel et paqueter nos vélos.

Le dernier soir billard, air hockey, tv, mc flurry, disco (avec Tilla, Lars et Marco, ainsi que le groupe de belges. C'est pas souvent qu'on trinque et danse avec le champion ironman en titre!) et puis courte nuit avant d'embarquer sur Alicante, puis Bâle, ensuite Thalwil avec la maman de Tilla et enfin chez moi à Schwamendingen. Le soir suivant il me vient l'excellente idée de faire une courte sieste avant de souper ; autant vous dire que j'ai raté mon réveil une demi-heure plus tard et dormi d'une traite jusqu'à 5h30 lundi matin, tout habillé, frais pour partir à mon entraînement de natation usuel avec les LimmatSharks !!

Résumé

Je suis très satisfait du camp, de ma forme, d'avoir passé dix excellents jours avec mes collègues de Zug, de s'entraîner à nouveau en groupe, d'avoir pu profiter du soleil, ... Au total j'ai passé presque 45h à faire du sport, 51km en piscine, 620km sur la selle et 31km à pied. Merci beaucoup à Peter pour l'organisation et tout le groupe pour les excellentes conditions d'entraînement ! Je me réjouis de les revoir cette année sur les compétitions !



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Vacances, examens, et camp en EspagneCS Cross Zurich→