Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Indoor Triathlon Luxembourg

Nous avions rendez-vous ce week-end avec la sélection suisse de triathlon pour participer au triathlon en salle du Luxembourg. Départ donc vendredi matin de Bâle, après environ deux heures de train, pour Echternach. On voyage en car (avec les vélos dans la remorque) dans une bonne ambiance même si le trajet est relativement long : plus ou moins 5 heures..., de quoi discuter un bon moment   (en suisse-allemand qui plus est !!).
On se voit offrir une jaquette, un polo et un pantalon de training chacun, pour être un groupe bien assorti. Valentin et nous recevons encore un T-shirt de càp et un short pour notre qualification pour les championnats d'Europe de duathlon : il faudra trouver de la place pour tout faire passer dans le sac (mais rassurez-vous, il y en a toujours pour les cadeaux ).

Accommodation

Arrivée vers 14h30 sur place, au complexe sportif national d'Coque, centre génial pour faire du sport : 2 piscine intérieures de 50m (10 et 6 lignes), une piste d'athlétisme de 200m qui peut être levée dans les virages pour passer à vélo, les chambres (ou plutôt les suites !!) directement dans le complexe, ... . On profite donc d'aller nager environ 2'300m et de bien dormir après un bon souper...

La course

Même si il faut en relativiser l'importance, c'est bien pour ça qu'on y est allé, non ? Le triathlon se déroule en système "Cup" (séries, demi-finales, finale) sur des distances "ultra-sprint" : 200m natation, 2km vélo et 1km càp. Pour ma part la natation se passe pas trop mal : je sors 2e ex-æquo de l'eau. Il faut ensuite traverser le couloir jusque dans l'arène de vélo et course. J'essaie de passer à côté du concurrent ayant nagé comme moi pour sortir en tête de la zone de change ... mauvais choix : les dalles sont mouillées et donc glissantes. Je me retrouve les fers en l'air dans le corridor !
C'est pas si grave, je me relève et fait mon parcours vélo tout seul. Il faut pas avoir trop peur dans les virages, réputés dangereux au-dessus de 40km/h (ce qu'on a à peu près tous fait...).
Je pose mon vélo avec un tour de retard sur le premier de ma série (nb: pour ma décharge... les élites faisaient avec nous et un tour ne représente "que" 200m). Le kilomètre à pied me fait plus souffrir ; les sensations sont bonnes mais pas excellentes. Je boucle ma série en 11'48", trop lent pour passer au stade suivant et un peu déçu de n'avoir pu drafter à vélo pour une pareille stupidité.
Tant pis, ça me permettra d'encourager les autres et j'en ai fini de souffrir... enfin, c'est ce que je croyais : en se refroidissant, la hanche que j'ai tapée en tombant me fait de plus en plus mal (mais c'est passé maintenant).
Daniel se qualifie lui pour les demis en 11'25", grâce à un bon parcours càp. En demi, il est avec Ueli (Buehler) à vélo et ils font un tour de pas assez (trop dur de compter jusqu'à dix ?) : ils sont donc éliminés. De toute façon, ils n'avaient presque aucune chance d'arriver en finale : aucun junior (donc aucun suisse) n'y est parvenu.

Chez les filles, la victoire revient à la vice-championne d'Europe (May) devant la première suissesse (Jasmine Marty). Une victoire suisse quant même en jeunesse B fille pour Estelle ; Antoine finit deuxième chez les garçons.

Ensuite, le souper et le dessert sont bien mérités : on retourne se coucher après être allé boire un petit verre (un coca je vous rassure...)

Le retour

Pas si vite quand même. Dimanche, on profite des 10 lignes d'eau libres pour nager 4km. Après on range nos chambres et monte dans le car pour un long trajet de retour : le w-e est déjà fini .

Jean-Claude



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Vers une razzia orange en rouge et blanc à Nancy !Vive le printemps !!→