Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

TDFO (2/2)

Le Soliat : traditionnel juge de paix

Grande étape de montagne le samedi. Pas d’arrivée en côte cette année mais quasiment pas de plat de toute l’étape. On commence par le col de la Tourne avec la montée sur Rochefort comme l’année passée mais en déneutralisé cette fois-ci. Le rythme est d’abord tranquille avec Philip qui mène et Giorgio et P-A en échappée. La tactique avec Matthieu est que je mette un peu la pression sur Philip en poussant un peu dans Rochefort et les Grattes qui est la partie la plus raide. On ne lâche personne par contre je pense et sur l’arrière, on ne fait que l’embêter avant de partir seuls sur la deuxième montée. S’il doit tirer et se fatiguer vers le lac des Tayères, le Soliat permettra de faire les écarts qu’il faudra de toute manière. Déjà deux kilomètres avant Rochefort je passe à l’avant du peloton car on s’endort un peu et je n’ai pas envie d’accélérer d’un coup ensuite. Je vais encore facile mais reste à l’avant et après 500m Matthieu vient à mes côtés et redonne encore une fois la même accélération. Chauncey est dans sa roue et à un moment je lui laisse un tout petit mètre d’espace. Il se retourne alors et voit Philip derrière moi, ce qui fait qu’il arrête de pédaler pour l’attendre. Je me remets derrière Matthieu qui, comme il remarque qu’un petit écart est fait avec Philip, décide de lancer la machine et de ne plus relâcher son effort. Je souffle très fort derrière lui qui semble facile sur la partie moins raide pour finir le col. On a déjà une bonne avance mais maintenant il faut la tenir et peut-être même l’agrandir sur la fin du tour et on est parti moins de cinq kilomètres après la déneutralisation sur 110km de prévus et beaucoup de montée. Sur les Ponts-de-Martel, on passe de bons relais avec Matthieu malgré le vent de face et Gilbert et Anton nous annoncent nos deux poursuivants à 1’15 avant la descente sur Travers. Je fais la petite montée de 800m en tête avec Matthieu qui me semble moins frais qu’auparavant mais je n’y fais pas très attention. La descente est rapide et sur une petite route mais je me donne et suis très bien descendu alors qu’il ne s’agit d’habitude pas d’une de mes forces. Matthieu suit comme il peut et à Couvet l’écart est toujours constant. Dans le village nous ralentissons le rythme pour échanger deux trois mots et se mettre d’accord sur une stratégie. On fait la partie plus raide du début en rythme constant sans se griller puis on en remet une. Je passe devant dès le début et la montée me convient à merveille. Matthieu est à la peine derrière mais tient bien dans ma roue. A un ou deux virages il se retourne et on ne voit plus ni Philip ni Chauncey. Au sommet, Matthieu me laisse prendre un bon relais pour récupérer un peu. A la Brévine où il commence à pleuvoir un peu il nous fait un tout droit dans le premier virage à gauche et au deuxième virage en direction des Bayards les choses se compliquent un brin. Il souffle fort, le parcours est vallonné et Matthieu a froid. Il me propose de partir seul, ce que je refuse car l’étape est encore longue. Après un ou deux relais plus longs je fatigue également. Heureusement, Matthieu arrive toujours à en prendre quelques fois les devants pour me soulager. La montée sur les Bayards se passe au mental en se convainquant « qu’ils ne sont pas mieux derrière » et, à la redescente, il a arrêté de pleuvoir mais nous ralentissons clairement le rythme jusqu’à Fleurier. Les relais ne sont plus appuyés du tout et on s’accorde un brin de répit en prévision de la suite. On ne connaît pas l’avance au niveau temps mais on l’espère importante (après l’étape on apprendra qu’elle était de 2’30 au maximum au sommet des Bayards). Entre Fleurier et Couvet le vent de dos nous redonne un peu de force et on attaque la montée du Soliat comme on peut en se souhaitant bonne chance et à bientôt à l’arrivée. Matthieu me laisse partir tout de suite mais à peine ai-je pris dix mètres que j’entends « Merde ! Il est là ». Un coup d’œil derrière et effectivement Philip arrive en trombe. Je passe dans la forêt comme je peux en comptant voir Philip arriver d’une seconde à l’autre. C’est finalement la voiture qui me dépasse en premier avec Gilbert qui me motive et me dit qu’il attendra à la sortie de la forêt pour donner l’écart. Le problème est qu’à cette sortie de forêt l’écart est de 45’’ d’avance… pour Philip sur moi. Je n’avance plus, Matthieu derrière moi non plus et Chauncey pas plus non plus (il a fait un beau relais pour ramener Philip à 1’ à Couvet paraît-il). Philip devient gentiment un point au loin sur les faux-plats de la fin du Soliat. « Tiens le voilà un kilomètre plus loin » me dis-je sur la première ligne droite et puis après je suis seul et je ne peux même plus le voir. Je vais donc à mon petit rythme en tournant les jambes. Pareil à la descente où je laisse aller sur une bonne partie et profite du beau temps et de la belle vue comme l’objectif du jour est manqué pour sûr et que derrière il n’y a rien à craindre. Presque au fond de la descente, je vois Philip à gauche de la route, une roue à la main, avec Gilbert qui court pour le rejoindre. Anton est parqué avec la voiture un peu plus bas et je m’arrête pour lui demander si tout va bien. Il a juste percé de l’avant et je me décide donc de continuer gentiment. Il me rejoint juste un peu plus tard et nous traversons Saint-Aubin ensemble. La route que nous étions censés prendre est en travaux et il me semble qu’il y avait un panneau interdisant le passage même, ce qui fait que Philip et moi prenons la route sur la droite pour contourner le village. Une fois de retour sur la route cantonale au bord du lac, nous rattrapons Matthieu qui a passé tout droit et faisons les trois ensemble le trajet jusqu’à Bevaix avec de bons relais relativement appuyés. Dans la dernière bosse sur la Rouveraie je décide de laisser partir et Matthieu choisit également de rester calme à l’arrière. Philip prend donc la victoire d’étape et un peu d’avance à nouveau sur la toute fin.

Attaques à volonté

Pour le dimanche, il ne reste plus grand-chose à faire. Les maillots sont attribués en gros et un changement serait une surprise. Le principe est donc simple. Une attaque à deux avec Matthieu dès la déneutralisation ou le sprint de Concise, puis on s’amuse en chacun pour soi tout en essayant de forcer Philip à tirer. Aux prévisions, on aura le vent de face tout du long et on fera donc avec. Sur la partie neutralisée, Giorgio perce et le groupe des filles décide de prendre déjà de l’avance. Ensuite Stéf part chercher la voiture de ses parents et on se trompe encore de parcours pour prendre le pont sur la Thielle. Notre petit groupe est donc bien en retard sur les premiers au passage à Concise et il n’y aura tout simplement pas de sprint. Matthieu me donne l’ordre de lancer l’attaque et je dois forcer un peu notre coéquipier Matteo à passer son relais avant de le faire. Lors de mon attaque en fin de relais à Philip, Matthieu et Chauncey suivent. Matthieu s’emploie ensuite à lâcher Chauncey (était-ce une bonne idée d’ailleurs ?) et nous passons le groupe qui avait pris de l’avance dans le dernier village avant la montée sur Villars-le-Grand au guidon de tri et en pleine tentative d’échappée. Dans Villars-le-Grand, nous prenons la première route à droite et voyons ensuite Philip, Stéf et Chauncey qui font le détournement. En sortie de village, l’écart est réduit à une vingtaine de mètres et nous décidons donc de les attendre. Ensuite de cela, c’est Stéf qui se colle la majeure partie des relais. Au bout d’un moment, ça finit même par m’embêter un peu et je refuse mes relais tout comme Philip. Dans une petite montée dans un village où Philip se retrouve pour la première fois devant, je fais une petite poussée sur les pédales juste pour les forcer à changer de rythme. Stéf revient alors à l’avant pour garder un tempo constant et nous refait 2km en tête. A peine se relâche-t-il que je lance mon attaque dans le faux-plat descendant qui suit. Chauncey est dans ma roue dès le départ mais lorsque je me retourne le trou est fait avec les autres. Peu après cela, Chauncey se retourne également et décide de me laisser seul pour aller faire l’équipier derrière. Me voilà donc seul un peu avant Estavayer et avec le but de tenir le plus longtemps possible pour les forcer à se fatiguer également à l’arrière. L’écart augmente rapidement au début il me semble et ensuite je fais toute la fin pour moi sans presque jamais me retourner. Tout le long d’Estavayer et d’Yvonand passe très bien et le vent me paraît moins terrible qu’en début d’étape. La dernière montée sur Cheseaux-Noréaz est un peu plus difficile mais je suis encouragé par nos chers accompagnants et assez fier d’être allé au bout. Au final j’ai deux minutes d’avance sur Philip et Matthieu mais suis un peu déçu lorsque j’apprends que Stéf et Chauncey ont pris les relais à ma poursuite en laissant Philip caché jusqu’à la dernière montée.

Terrible clm final… comme d’habitude

Pas grand-chose à dire pour le contre-la-montre final. Je ne me mets pas beaucoup de pression et de toute façon je suis déjà bien fatigué du matin (c’est d’ailleurs presque toujours le cas au TDFO puisque je n’ai jamais considéré de tactique avec du repos comme il ne s’agit que d’un entraînement en théorie). Je pars troisième depuis la fin juste derrière Chauncey et devant Matthieu et Philip. Au premier virage à Yverdon encore, je sens déjà les cuisses dans la relance et me dis alors que ce clm sera long. J’ai Chauncey en point de mire par contre et ça me motive. A Chavornay, je le dépasse déjà et continue à mon rythme plus ou moins constant. Peu avant Bavois, je commence à voir la file des rushtistes devant moi quand tout à cas la fusée Philip me passe sans même que je ne puisse réagir. Je pensais bien me faire rattraper à un moment ou à un autre mais j’espérais plutôt que cela arrive dans la montée entre la Sarraz et Cossonay ou par là-bas. Ma foi tant pis. Je double malgré tout presque tous les autres avant la Sarraz. Il y a juste P-A qui me résiste malgré le fait que je le vois au loin depuis longtemps. La montée sur Cossonay me permettra finalement de le dépasser  et je n’ai finalement juste pas rejoint Joël parmi les gars. Mon retard sur Philip est de 6 minutes au final (soit presque plus du double que l’année passée) et mon temps est également moins bon que celui de l’année dernière mais les conditions n’étaient pas non plus comparables.

Pour conclure, nous finissons la journée par une petite douche (entamée sur la route par une petite pluie express d’ailleurs) puis la traditionnelle soirée des résultats chez Joël. Très sympa comme d’habitude et c’est l’occasion de faire le bilan. Le temps a été plutôt potable et même plus que respectable comparé aux prévisions. Les jambes ont eu un peu de peine quoiqu’elles se soient presque portées de mieux en mieux au fil du weekend. La fatigue ne m’a pas trop pesé non plus… peut-être que faire le TDFO en sortant de l’aéroport est à conseiller pour vaincre le décalage horaire. En tout cas, le but d’accumuler des kilomètres avec de bons relais bien appuyés en rapide est atteint et ça me satisfait pour ce très beau weekend.

2 commentaires
Bin dis donc Daniel, il n'y a que les sportifs comme toi qui peuvent laisser le jet lag au vestiaire et se permettre un parcours sportif pareil ! Suis toute en admiration... ;) Bravo !
par nibel64 le 07-06-2013 à 11:00
Merci
par Daniel le 07-06-2013 à 18:12


Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←TDFO (1/2)De retour...→