Daniel & Jean-Claude Besse

Natation Vélo Course

Tour des Alpes

Un petit mot pour vous signaler qu’on est allé faire le « Tour des Alpes » sur le week-end prolongé (du vendredi au lundi) du Jeûne Fédéral.

Vendredi

Départ en voiture pour Evian où le tour commence à plat en direction de Thonon, avant de monter en direction du col de la Jambaz sur une pente très régulière. Daniel et moi prenons les devants à un rythme rapide, mais régulier. Après une belle redescente on attaque le deuxième morceau de la journée : le col de la Colombière qui monte assez fort au départ, avant de se calmer vers « Le Reposoir » et les 8 derniers kilomètres sont de plus en plus raides, pour finir autour des 10% de pente. Les cuisses sont bien lourdes au sommet, il faut dire qu’on avait plus roulé depuis deux semaines… L’ail des ours (des tagliatelles de midi) se fait sentir dans le ventre sur une ultime montée au col des Aravis par la Clusaz où je laisse Daniel filer avec Philip et Gilbert avant de redescendre en direction d’Albertville puis de rejoindre notre motel (!) vers La Bâthie.

Samedi

Le soleil de vendredi nous a quittés. Départ sur le col de la Madeleine avec quelques gouttes de pluie de temps en temps. 24km de montée nous attendent, passé 7% de pente moyenne en 3 étapes avec quelques bouts plus faciles entre-deux. Chaque kilomètre est balisé, avec altitude et pente moyenne du prochain kil indiquées : ça aide, mais il faudra quand même compter deux bonnes heures de montée. On monte en petit groupe avec Phil, Gilbert, Daniel et moi jusqu’à 3-4km du sommet où Gilbert part seul (pensant avoir droit à la voiture après…), Daniel et Philip suivent à deux tandis que j’essaie de me réserver un peu pour la suite de la journée.

Changement d’habits au sommet. Longue descente sur route mouillée pour replonger dans la vallée de la Maurienne où la pluie arrive juste au moment d’attaquer le col du Glandon avec les éclairs ! Je prends mon rythme tout seul sur la première partie. Daniel et Gilbert me rejoignent sur les replats du milieu de montée. Le plus dur nous attend : les 3 derniers kilomètres côtent à 10-11% ! Très, très dur pour une journée comptabilisant 44km de montée de col.

Deuxième changement d’habits au sommet et la pluie que nous avions juste distancée arrive avec Pierre-André : on attend quelques temps dans la voiture et entame la descente entrecoupée de deux remontées inattendues et dures pour le moral. Sur les derniers kils avant Bourg d’Oisans, Philip se lâche et les relais sont bien appuyés. Il faudra renoncer à la montée de l’Alpe (plus vraiment le temps ni les forces nécessaires…) et on rejoindra Benoît en voiture !

Dimanche

Départ de Bourg d’Oisans en direction de Grenoble sous la pluie et avec passablement de vent. Deux crevaisons sur le début de parcours. Il fait froid en traversant la ville. On attaque bientôt le col de Porte dans la Chartreuse. Gilbert re-crève à nouveau deux fois et devra prendre un bout la voiture pour réparer tout ça dans le calme. Je monte avec Daniel (qui était d’abord chauffeur) et cale passablement sur la fin avec le froid et tout ces arrêts-repartir…

Le chocolat chaud + omelette + changement au sommet passe vraiment bien. Descente aligné avec Gilbert, Benoît et Daniel ; je reprends définitivement confiance, même sur route mouillée. Le soleil est de retour et la motivation avec … quelques relais bien appuyés nous mènent vers Saint-Genix avant de finir sur Belley plus tranquillement par la piste cyclable (mis à part un petit sprint pour l’entrée du village).

Lundi

Pluie à nouveau peu après le départ : chez moi la motivation peine un peu. Philip tire de long relais le long de la vallée du Rhône avant de filer vers Bellegarde pour un changement express au McDo (ils devaient être contents en voyant les flaques d’eau !). Un groupe restreint (Gilbert, P-A et nous deux) poursuit par de petites routes sur le contour de Genève pour rejoindre Versoix. Le genou me tire un peu et je prendrai le volant pour rentrer sur Ecublens alors que les autres se font rincer un fois de plus…

Souvenirs

Mis à part les habits mouillés (qui sèchent dans la machine) et le genou qui me gène un peu sur la fin, que des bons souvenirs restent d’un Tour des Alpes. Beau parcours cette année (un peu ambitieux peut-être) avec beaucoup de petites routes très jolies (pour ce qu’on a vu du paysage…) et avec très peu de circulation. Pour dire : on s’est fait klaxonné une seule fois, quelques temps après être arrivés dans Genève !

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil aux photos sur le site du club.



Recopiez le texte de cette image

Edition basique | avancée
←Triathlon de LocarnoWhat’s next ?→